ARCHIBORESCENCE
ARCHIBORESCENCE
ARCHIBORESCENCE
ARCHIBORESCENCE
ARCHIBORESCENCE
ARCHIBORESCENCE
ARCHIBORESCENCE
ARCHIBORESCENCE
ARCHIBORESCENCE
ARCHIBORESCENCE
ARCHIBORESCENCE
ARCHIBORESCENCE
ARCHIBORESCENCE
ARCHIBORESCENCE
ARCHIBORESCENCE
ARCHIBORESCENCE
ARCHIBORESCENCE
ARCHIBORESCENCE
ARCHIBORESCENCE
ARCHIBORESCENCE
ARCHIBORESCENCE
ARCHIBORESCENCE
ARCHIBORESCENCE
ARCHIBORESCENCE
ARCHIBORESCENCE
ARCHIBORESCENCE
ARCHIBORESCENCE
ARCHIBORESCENCE
ARCHIBORESCENCE
ARCHIBORESCENCE
ARCHIBORESCENCE
ARCHIBORESCENCE
ARCHIBORESCENCE
ARCHIBORESCENCE
ARCHIBORESCENCE
ARCHIBORESCENCE
ARCHIBORESCENCE
ARCHIBORESCENCE
ARCHIBORESCENCE
ARCHIBORESCENCE
ARCHIBORESCENCE

ARCHIBORESCENCE

A Riparian District Renovated in Solid Wood,

Lille 2021,

France



REAL ESTATE DEVELOPER: Beci + BeCity Group

LOCATION: Site of the Former Lycée Michel Servet, Lille, France

TYPE: Renovation + Reconstruction

PROGRAM: Home ownership, social housing, co-living hotel residence, shops, co-working offices, research laboratories, sports facilities, urban farm

ARCHITECT: Vincent Callebaut Architectures

ENVIRONMENTAL STUDIES OFFICE: Polyexpert Environnement

LANDSCAPING: Land'Act

WOOD STRUCTURE STUDIES OFFICE: Ingébois

PARTNERS: L'Hirondelle, Vertical'Art, Yncréa, Arrow, Terre de Ch'ti, The Babel Community

LAND SURFACE AREA: 14,465 M² (155700 sq. ft)

ENVIRONMENTAL LABELS: E + C (level E4) + NF Habitat + BREAAM Refurbishment + Biodiversity + PEFC

STATUS: Proposal 






"ARCHIBORESCENCE"

A Riparian District Renovated in Solid Wood

"Archiborescence" is a neologism, a combination of the words Architecture and Arborescence. It expresses our architectural leitmotif: 'Transforming the city into an ecosystem, neighborhoods into forests and buildings into inhabited trees'. 

In the heart of Lille, the project is inspired by the local biomimetic heritage called 'Les Anciens Marais Vauban-Esquermes' [The Ancient Marshes of Vauban-Esquermes]. This ecosystem produced its own energy by photosynthesis, emitted no pollution, and transformed all its waste into resources thanks to 'virtuous circles', all in a short circuit.

Instead of these old marshes, our urban intention is clearly to build a district in solid wood with a strong vegetal and aquatic character, reflecting the collective memory of the ecosystem which has always enjoyed positive biodiversity. Our desire is to offer Lille a double green and blue landmark in the urban framework, at the intersection of the Vauban and Esquermes districts, between the Deûle River, the Universities, and the City Center. 

Thanks to the Dynamic Thermal Simulation (DTS), the performance of the bio-based materials implemented, as well as the bioclimatic design choices and the integration of renewable energies; for the first time in the European Metropolis of Lille, we are aiming to achieve a building which may obtain the E4 level of the E+C label. 

Concretely, we want the project to have a neutral carbon footprint and produce more energy than it consumes on a regular basis, even during phases of low renewable energy production. In addition, we plan to develop low technology for exchanging energy flow between offices and homes. As demonstrated by the DTS carried out in the upstream phase, the energy needs of these two programs make it possible to cover the needs over the entire typical day; the energy accumulated in offices at the end of the day being recycled during the night in residences.

As working towards a collective commitment to co-build a low-carbon city certified by the E+C label (level E4), the 5 pillars of the 'Archiborescence' project are as follows:


PILLAR 1: A PERMEABLE URBAN DESIGN TO MAKE THE DISTRICT ACCESSIBLE TO EVERYONE AND TRANSFORM IT INTO A DESTINATION

Before any architectural project commences, there is an urban challenge for residents. That of the Michel Servet site is twofold: to create a new urban space and energize the heart of the location by making it accessible to all. 

First of all, at the Servet-Canteleu corner, the aim is to create a new generous and welcoming urban place in order to energize the district and articulate the flows that cross it. We designed this square, ideally south-west facing, to be as wide as possible, from facade to facade, eliminating the roundabout to increase the pedestrian walkways. The Jardins de Turenne square is also perfectly integrated into the design of the new square in order to unify them. 

Then, we are interested in the concept of creating free and open heart within the block, where a green 'trail of breadcrumbs' weaves across the site from la Communauté des Filles de la Charité, la Cité Fauchille and the Rue Bailleux Square. The site being historically located along the Old Vauban-Esquermes Marshes (with fine winding canals in former times), it seemed opportune to reinterpret this 'Genius Loci' through a landscaped allegory proposing a garden crossed by small canals collecting rainwater and connecting the new square in the heart of the block. Between these canals, we will plant a range of riparian species to evoke a little more the ancient shores of the Marais d'Esquermes. 

A haven of water and greenery, the heart of the block becomes a true ode to biodiversity where it is ideal to live, have fun, and meet your neighbors in a friendly atmosphere. It is accessible to all with special attention to people with disabilities. The space will be open to the public during the day, and then secured at night by a system of gates managed by a management service. A 12-meter-wide (39 ft) full-height path connects this natural setting with the new Servet/Canteleu square.

The streets, public square, and courtyard garden within the heart of the block are therefore connected by visual openings under high porches from rue de Turenne, the future Place, and rue Canteleu ensuring that the site is traversable for residents and users.

The architectural design also proposes the expansion of the perimeter walkways in rue de Turenne, rue Michel Servet, and rue de Canteleu. The facades are either installed so as to recreate the urban alignments or are set back to save all the existing large trees that border the site.

On Rue de Turenne for example, the facade of the rehabilitated stand is revived by a set of bow windows exploiting the potential offered by the removal of the existing building. 


PILLAR 2: MULTIFUNCTIONAL PROGRAMMING LED BY ARCHITECTURAL ENTITIES WITH DISTINCT IDENTITIES AND HIGH-QUALITY PRACTICES

The permanent concern of the BECI Group is to develop a very rich multifunctional program in order to ensure a coherent and balanced social mix for the life of the district. The architectural challenge is to translate this programmatic richness into distinct functional entities that are perfectly connected and working together with each other. The prescriptions of the PLU (Local Urban Planning Plan) have therefore been applied to reflect this functional density with the most generous ceiling heights possible and various sizing templates.

The user is at the heart of the design of this urban complex. In this sense, the accommodation has dual orientation, comfortable surfaces, and large intimate outdoor spaces. The eco-design of the buildings optimizes acoustic comfort and air quality, and their design limits operating and co-ownership costs. 

The use of alternative transport is facilitated and encouraged. The car parks created encourage co-sharing and electromobility via information and communication technologies. The project integrates high-quality two-wheeled parking spaces with intentional design. They are secure, comfortable (including for transport bikes), and equipped with maintenance services (repair/maintenance workshop, individual storage lockers for equipment, etc.).

The mixed program offers multiple housing opportunities (private home ownership, social rental opportunities, social sustainable home ownership, hotel opportunities) associated with a tertiary university residential opportunity. The whole benefits from sports areas (fitness room, dance/yoga/pilates room, climbing area) and services (shops and professional services) that are open to all.


PILLAR 3: A RENOVATED AND RECONSTRUCTED DISTRICT, IN SOLID WOOD - CROSS-LAMINATED TIMBER  (PEFC label + Breeam Refurbishment label for renovated buildings)

"Archiborescence" aims to be an exemplary model of circular economy and bio-based low-carbon construction. The circular economy means it is essential to prioritize renovation. The life cycle of materials is optimized by our BIM (Building Information Modeling) approach and resource audits in connection with local reuse and/or recyclability channels. The best waste is the waste that is not created! The reversibility and mutability of spaces are therefore studied in order to draw up the different scenarios of the appropriation modes for buildings.

As part of a 'Cradle to Cradle' approach, our 'Archiborescence' concept is to build and renovate the entire Michel Servet site in CLT “Cross Laminated Timber”. The wood type is poplar from local eco-responsible forests - PEFC labeled. Invented in the 1990s in Austria and Germany, this construction technique consists of superimposing perpendicular wooden slats, and connecting them together using structural, now-organic adhesives such as tannins, lignin, cellulose, or even starch. The CLT manufacturing process requires much less energy than concrete or steel, and moreover it does not generate greenhouse gases. As a reminder, producing 1 ton of concrete generates 2.42 tons of CO2 and producing 1 ton of steel generates 0.938 tons of CO2. In terms of fire resistance, remember that wood burns slowly, does not release toxic fumes, and transmits heat 250 times slower than melting steel and 10 times slower than concrete which cracks under the effects of the flames.

Built from trees cut and harvested nearby, within the Lille region, in the heart of eco-responsible forests – where each cut tree equates to a replanted tree – the 'Archiborescence' project will therefore be a real carbon sequestration well. In fact, when trees grow with natural photosynthesis, the stored carbon is 'trapped' in solid wood and is not released into the atmosphere. For 1 ton of wood produced, about 0.9 tons of carbon is confined. 

This means we are talking about a building with a negative carbon footprint! In addition, the project advocates the use of bio-based materials for facades, insulation (interior and exterior), and interior fittings (50% of materials will be labeled C2C) as well as an 'Upcycling' approach which is implemented in demolished buildings to strive for the zero-waste objective.


PILLAR 4: ARBORESCENT ARCHITECTURE, AN ODE TO BIODIVERSITY (Biodiversity Label)

The metamorphosis project is organized around the heart of the city block where it is most densely vegetated in the open ground. This basic principle is combined with the various techniques of vegetating the building (intensive, semi-intensive, extensive). These are deployed throughout the program on balconies, roofs, and patios. This intensive revegetation has the following objectives:

- The creation of a refreshing urban island

- The repatriation of biodiversity in the heart of the city

- Tainwater recovery, and its phyto-purification (100% Water Footprint approach) 

- The development of Urban Agriculture and co-gardening in permaculture

Urban farms have been created on the roof of the former high school's existing stand with, in particular, over an area of 300m² (3229 sq. ft), a collective approach in neighborhood networks (promoting social inclusion and intergenerational solidarity). This mode of operation makes it possible to complete the professional production system which will also be installed on this roof. The area dedicated to establishing this professional partner is 500 m² (5382 sq. ft), which will benefit from a profitable business model producing 25 kilos of fruit and vegetables per m² (55 lbs. per 10 sq. ft) per year. Wildlife lodges, insect and bat hotels, as well as nesting boxes are integrated into the project to strengthen the ecological corridor.

In terms of water management, all stormwater buffering is done within the plot itself. Roof storage areas provide gravity watering (via rain chains) to landscaped facades and balconies. The central marsh optimizes the infiltration and recovery of rainwater. It is designed in such a way as to avoid any stagnant water and to ensure autonomous management and maintenance. Rainwater is reused for watering all the green spaces and to supply the toilets of tertiary programs.


PILLAR 5: PASSIVE BUILDINGS ALLIED WITH RENEWABLE ENERGIES TARGETING THE OBJECTIVES OF RE 2020 (ENERGY SELF-SUFFICIENCY)

After choosing solid wood construction to drastically reduce the carbon footprint of the project during its construction/renovation, our efforts have focused on the integration of passive systems and renewable energies to reduce its carbon footprint during its operation.

First of all, all buildings benefit from double insulation – interior and exterior – from natural materials such as straw, hemp, and cellulose wadding. In addition, green roofs and balconies make it possible to control solar power generated and take advantage of the evapotranspiration of plants to cool the apparent temperature by 2 to 5 degrees Celsius.

To ensure natural ventilation in each apartment, wind chimneys cross the vertical circulation cores throughout their entire height. These chimneys suck in the air that passes under the foundations where the thermal inertia of the earth is constant all year round at 18 degrees Celsius (64° F). This naturally seasonally conditioned air is then forced into the apartments like in a termite mound. The curved facades also favor air circulation and the dispersion of pollutants.

On the roofs of office and residential buildings, solar photovoltaic and thermal canopies produce electricity stored in hydrogen cells for auto-consumption, and domestic hot water redistributed in a virtuous cycle in bathrooms and kitchens. To top it off, a farm of 30 magnetic levitation axial wind turbines also generates electricity in situ without any noise pollution on the roof of the co-living residence.


In the heart of Lille, the 'Archiborescence' project advocates the reconciliation of the City and the Countryside through timber, elegant, and frugal architecture. It is now a question of producing as close as possible to the consumers and building with the minimum of resources in order to reduce our greenhouse gas emissions. As part of the new circular 'regenerative' economy, the renovation of this riparian district - built, clad and insulated with wood - is a prototype of resilient and agile town planning respecting the four pillars of the ecological city of the future, namely: energy self-sufficiency (heat, refrigeration, and electricity); revegetation of buildings and the development of urban agriculture; alternative soft transport focused on pedestrian and two-wheel traffic; social inclusion through flexible spaces with high use opportunities, and shared between inhabitants and solidarity services.

Vincent Callebaut Architectures


TEXTE FRANCAIS


"ARCHIBORESCENCE"

Un Îlot Ripisylve Rénové en Bois Massif

"Archiborescence" est un néologisme métissant les mots Architecture et Arborescence. Il exprime notre leitmotiv architectural : «Transformer la cité en écosystème, les quartiers en forêts et les bâtiments en arbres habités». 

Au cœur de Lille, le projet s’inspire du patrimoine biomimétique local appelé « Les Anciens Marais Vauban-Esquermes ». Cet écosystème produisait sa propre énergie par photosynthèse, n’émettait aucune pollution et transformait tous ses déchets en ressources grâce à des boucles vertueuses, le tout en circuit court.

En lieu et place de ces anciens marais, notre inten¬tion urbaine est clairement de construire un îlot urbain en bois massif au caractère végétal et aquatique affirmé traduisant la mémoire collective du quartier qui a toujours été à biodiversité positive. Notre volonté est d’offrir aux Lillois un double jalon dans la trame urbaine, verte et bleue, en devenir entre les quartiers Vauban et Esquermes, entre Deûle, Universités et Centre-Ville. 

Grâce à la Simulation Thermique Dynamique (STD) réalisée, aux performances des matériaux biosourcés mis en œuvre ainsi qu’aux choix de conception bioclimatique et à l’intégration des énergies renouvelables, nous portons l’ambition de réaliser pour la première fois sur la Métropole Européenne de Lille un bâtiment visant l’obtention du niveau E4 du label E+C. 

Concrètement nous souhaitons que le projet présente un bilan carbone neutre et produise plus d’énergie qu’il n’en consomme de manière courante, même pendant les phases de faible production des énergies renouvelables. En complément, nous envisageons de développer une technologie d’échange de flux énergétiques entre les bureaux et les logements. Comme l’a démontré la STD réalisée en phase amont, les besoins énergétiques de ces deux programmes permettent de couvrir les besoins sur l’ensemble d’une journée type ; l’énergie accumulée dans les bureaux en fin de journée étant revalorisée pendant la nuit pour les logements.

Vers un engagement collectif pour co-construire une ville bas carbone certifiée par le label E+C (niveau E4), les 5 piliers du projet « Archiborescence » sont les suivants :


PILIER 1 : UNE CONCEPTION URBAINE PERMEABLE POUR OUVRIR L’ILOT A TOUS ET LE TRANSFORMER EN UN LIEU DE DESTINATION

Avant tout projet architectural, il y a un enjeu urbain pour les riverains. Celui du site Michel Servet est double : créer une nouvelle place urbaine et dynamiser le cœur d’îlot en le rendant accessible à tous. 

Tout d’abord, à l’angle Servet-Canteleu, il s’agit de créer une nouvelle place urbaine généreuse et accueillante afin de dynamiser le quartier et articuler les flux qui le traversent. Cette place, idéalement orientée Sud- Ouest, nous l’avons dessinée la plus large possible, de façade à façade, en éliminant le giratoire pour redonner l’espace aux trottoirs latéraux. La placette des Jardins de Turenne est également parfaitement intégrée au dessin de la nouvelle place afin de les unifier. 

Ensuite, c’est la création d’un cœur d’îlot libre et ouvert qui nous inté¬resse pour tisser un véritable fil d’Ariane végétal traversant le site depuis la Communauté des Filles de la Charité, la Cité Fauchille et le Square de la Rue Bailleux. Les ite étant historiquement situé le long des Anciens Marais Vauban-Esquermes dessinant autrefois de fins canaux sinueux, il nous a semblé opportun de réinterpréter ce Genius Loci à travers une allégorie paysagère proposant un jardin traversé par de petits canaux récoltant les eaux de pluie et reliant la nouvelle place au coeur d’îlot. Entre ces canaux, nous plantons une palette d’essences ripisylves pour évoquer encore un peu plus les anciennes rives des Marais d’Esquermes. 

Ecrin d’eau et de verdure, le cœur d’îlot devient une véritable ode à biodiversité où il fait bon vivre, se divertir et rencontrer ses voisins en toute convivialité. Il est accessible à tous avec une attention particulière pour les publics en situation de handicap. L’espace sera ouvert au public en journée puis sécurisé en période nocturne par un système de portails géré par un service de gestion. Une faille toute hauteur de 12 mètres de large vient raccorder cet écrin de nature avec la nouvelle place Servet/Canteleu.

Rues, place publique et cour-jardin en cœur d’îlot sont dès lors connectées par des percées visuelles sous porches hauts depuis la rue de Turenne, la future Place et la rue Canteleu assurant la traversabilité du site pour les résidents et les usagers.

La conception architecturale propose également la dilatation des trottoirs périmétriques, rue de Turenne, rue Michel Servet et rue de Canteleu. Les façades sont soit implantées en sorte de récréer les alignements urbains ou soit mises en retrait pour sauvegarder tous les grands arbres existants qui bordent le site.

Rue de Turenne par exemple, la façade de la barre réhabilitée est réanimée par un jeu de bow-windows exploitant les potentialités offertes par le retrait du bâtiment existant. 


PILIER 2 : UNE PROGRAMMATION MULTIFONCTIONELLE TRADUITE PAR DES ENTITES ARCHITECTURALES AUX IDENTITES DISTINCTES A HAUTE QUALITE D’USAGE

Le souci permanent du Groupe BECI est de développer un programme multifonctionnel très riche afin d’assurer une mixité sociale cohérente et équilibrée pour la vie du quartier. Le challenge architectural est de traduire cette richesse programmatique par des entités fonctionnelles distinctes parfaitement articulées les unes aux autres. Les prescriptions du PLU (Plan Local d’Urbanisme) ont donc été appliquées pour traduire cette densité fonctionnelle avec des hauteurs libres sous-plafond les plus généreuses possibles et des gabarits variés.

L’usager est au cœur de la conception de cet ensemble urbain. En ce sens, les logements disposent d’une double orientation, de surfaces confortables et de larges espaces extérieurs intimistes. L’éco-conception des bâtiments permet d’optimiser le confort acoustique et la qualité de l’air et leur organisation limite les charges de fonctionnement et de copropriété. 

Le recours aux mobilités douces est facilité et encouragé. Les parkings créés encouragent le co-partage et l’électromobilité via les technologies de l’information et de la communication. Le projet intègre des locaux deux roues qualitatifs à la décoration soignée, sécurisés, confortables (y compris pour les vélos cargos) et dotés de services de maintenance (atelier réparation/entretien, casiers individuels de rangement pour les équipements, etc.).

La programmation mixte propose une offre d’habitation multiple (accession privée, locatif social, accession durable sociale, offre hôtelière) associée à une offre tertiaire à vocation universitaire. L’ensemble bénéficie d’équipements sportifs (salle de fitness, salle de danse/yoga/pilate, espace d’escalade) et de services (commerces et professions libérales) ouverts à tous.


PILIER 3 : UN ILOT RENOVE ET RECONSTRUIT EN BOIS MASSIF LAMELLE-CROISE - CLT

(Label PEFC + Label Breeam Refurbishment pour les bâtiments rénovés)

« Archiborescence » veut être un modèle exemplaire d’économie circulaire et de construction bas-carbone biosourcée. Économie circulaire oblige, la rénovation est privilégiée. Le cycle de vie des matériaux est optimisé par notre démarche BIM (Building Information Modeling) et des audits ressources en lien avec les filières locales de réemploi et/ou de recyclabilité. Le meilleur déchet est celui qu’on ne crée pas ! La réversibilité et la mutabilité des espaces sont donc étudiées afin de dresser les différents scenarii des modes d’appropriation des bâtiments.

Inscrit dans une démarche « Cradle to Cradle », notre concept “Archiborescence” est de construire et de rénover la globalité du site Michel Servet en  CLT dit « Bois Massif Lamellé-Croisé » (Cross Laminated Timber). L’essence de bois est du peuplier provenant de forêts écoresponsables locales - labellisées PEFC. Inventé dans les années 1990 en Autriche et en Allemagne, cette technique de construction consiste à superposer perpendiculairement des lamelles de bois et à les relier entre elles à l’aide d’adhésifs structuraux désormais biologiques comme les tannins, la lignine, la cellulose ou encore l’amidon. Le processus de fabrication du CLT demande une quantité d’énergie bien moins importante que celui du béton ou de l’acier, et de plus il ne génère pas de gaz à effet de serre. Pour rappel, produire 1 tonne de béton génère 2.42 tonnes de CO2 et produire 1 tonne d’acier génère 0.938 tonnes de CO2. En terme de résistance au feu, rappelons que le bois se consume lentement, ne dégage pas de toxiques, transmet la chaleur 250 fois moins vite que l'acier qui fond et 10 fois moins vite que le béton qui craque sous l’effet des flammes.

Construit à partir d’arbres coupés et récoltés en circuit-court dans la région lilloise au cœur de forêts écoresponsables -où un arbre coupé est égal à un arbre replanté- le projet “Archiborescence” sera donc un véritable puit de séquestration de carbone. En effet, lors de la croissance des arbres par photosynthèse naturelle, le carbone stocké se retrouve comme « emprisonné » dans le bois massif et n’est donc pas relâché dans l’atmosphère. Pour une tonne de bois produite, environ 0.9 tonnes de carbone sont séquestrées. 

On parle donc au total d’un bâtiment à emprunte carbone négative. En complémentarité, le projet prône l’utilisation de matériaux biosourcés pour les façades, l’isolation (intérieure et extérieure) et les aménagements intérieurs (50% des matériaux labélisés C2C) ainsi qu’une démarche d’”Upcycling” qui est mise en place sur les bâtiments démolis pour tendre vers l’objectif zéro-déchet.


PILIER 4 : UNE ARCHITECTURE ARBORESCENTE, ODE A LA BIODIVERSITE (Label Biodiversity)

Le projet de métamorphose est organisé autour d’un cœur d’îlot le plus densément végétaliser en pleine terre. A ce principe de base, viennent  s’associer les différentes techniques de végétalisation du bâti (intensive, semi-intensive, extensive). Celles-ci sont déployées sur l’ensemble de la programmation à travers les balcons, les toitures et les patios. Cette végétalisation intensive vise les objectifs suivants :

- La création d’îlot de fraicheur urbaine

- Le rapatriement de la biodiversité en cœur de ville

- La récupération des eaux de pluie et leur phyto-épuration (Démarche 100% Water Footprint) 

- Le développement de l’Agriculture Urbaine et du co-jardinage en permaculture

Des fermes urbaines sont créées sur le toit de la barre existante de l’ancien lycée avec notamment, sur une surface de 300m², une démarche collective en réseaux de voisinage (favorisant l’inclusion sociale et la solidarité intergénérationnelle). Ce mode de fonctionnement permet de compléter le dispositif de production professionnelle qui s’implantera également sur cette toiture. La surface dédiée à l’implantation de ce partenaire pro est de 500 m² pour bénéficier d’un business model rentable produisant 25 kilos de fruits et légumes par m² par an. Des gîtes à faune, hôtel à insectes et à chauve-souris, ainsi que des nichoirs sont intégrés au projet pour renforcer le couloir écologique.

Au niveau de la gestion de l’eau, l’ensemble du tamponnement des eaux pluviales se fait au sein même de  la parcelle. Des zones de stockage en toiture permettent d’assurer l’arrosage gravitaire (via des chaines de pluie) des façades et balcons paysagés. Le marais central optimise l’infiltration et la récupération des eaux pluviales. Il est conçu de manière à éviter toute eau stagnante et à assurer une gestion et un entretien autonome. L’eau de pluie est réutilisée pour l’arrosage de l’ensemble des espaces végétalisés et pour alimenter les sanitaires des programmes tertiaires.


PILIER 5 : DES BATIMENTS PASSIFS ALLIES AUX ENERGIES RENOUVELABLES VISANT LES OBJECTIFS DE LA RE 2020 (AUTOSUFFISANCE ENERGETIQUE)

Après avoir choisi la construction en bois massif pour réduire drastiquement le bilan carbone du projet lors de sa construction/rénovation, nos efforts se sont concentrés sur l’intégration des systèmes passifs et des énergies renouvelables pour diminuer son empreinte carbone lors de son exploitation.

Tout d’abord, tous les bâtiments bénéficient d’une double-isolation - intérieure et extérieure - à partir de matériaux naturels comme de la paille, du chanvre et de la ouate de cellulose. De plus les toitures et les balcons végétalisés permettent de contrôler les apports solaires et de profiter de l’évapotranspiration des plantes pour rafraichir la température ressentie de 2 à 5 degrés.

Pour assurer la ventilation naturelle dans chaque appartement, des cheminées à vent traversent les noyaux de circulations verticales sur toute leur hauteur. Ces cheminées aspirent l’air qui passe sous les fondations où l’inertie thermique de la terre est constante toute l’année à 18 degrés. Cet air climatisé naturellement selon les saisons est ensuite impulsé dans les appartements comme dans une termitière. Les façades tout en courbes privilégient de plus la circulation de l’air et la dispersion des polluants.

Sur les toitures des bâtiments de bureaux et de logements, des canopées solaires photovoltaïques et thermiques produisent de l’électricité stockée dans des piles à hydrogène pour l’autoconsommation et de l’eau chaude sanitaire redistribuée en boucle vertueuse dans les salles de bains et les cuisines. Pour coiffer le tout, une ferme de 30 éoliennes axiales à sustentation magnétique génère elles aussi de l’électricité in situ sans aucune pollution sonore sur le toit de la résidence co-living.


Le projet « Archiborescence » prône au cœur de Lille la réconciliation de la Ville et de la Campagne à travers une architecture sobre, élégante et frugale. Il s’agit désormais de produire au plus près des consom-acteurs et de construire avec le minimum de ressources afin de réduire nos émissions de gaz à effet de serre. Dans le cadre de la nouvelle économie circulaire dite « régénérative », la rénovation cet îlot ripisylve – construit, revêtu et isolé avec du bois - est un prototype d’urbanisme résilient et agile respectant les quatre piliers de la ville écologique du futur à savoir : l’autosuffisance énergétique (calorifique, frigorifique et électrique); la végétalisation du bâti et le développement de l’agriculture urbaine; la co-mobilité douce et centrée sur les piétons et les deux roues ; l’inclusion sociale à travers des espaces flexibles, à haute qualité d’usage, et partagés entre les habitants et des services solidaires.

Vincent Callebaut Architectures








STAY IN TOUCH


PHONE : 0033.1.43.43.08.56
WEBSITE : www.vincent.callebaut.org
EMAIL : vincent@callebaut.org
POSTAL ADDRESS :
Vincent Callebaut Architectures
2, rue de la Roquette
75011 Paris
France

SUBSCRIBE TO OUR NEWSLETTER





We promise that we will never share your e-mail address with any third party company.

LATEST PROJECTS