Slideshow of this Project Press F11 for Full Screen

HOST ORGANIZATION : Construction Bureau, Taichung City Government “TGC”
SPONSOR : Cultural Affairs Bureau, Taichung City Government “CAB”
PROJECT TITLE : Taichung City Cultural Center Planning, Design and Construction Supervision Service Project
SURFACE AREA : 62.720 m²
VCA’S TEAM: Frederique Beck, Julien Combes, Benoit Patterlini, Vincent Callebaut




Taichung 2013, Taiwan


At the North end of the new « Gateway Park » located on the site of the old airport of Taichung city, the “Swallow’s Nest” project is a true entrance door to the new urban ecosystem. Actually, the project develops itself under the shape of a three-dimensional Möbius’ ring that extrudes its triangular section around an elliptic path. This organic building is thus created by the simple repetition of a standardised section that turns eighty times clockwise by 4.5 degrees to make a full revolution of 360 degrees around a huge central patio, the “Endless Patio”. The architecture is inspired by the nature and seems to grow harmoniously such as a plant from the earth to the sky. This pure shape in horizontal spiral enables to create three huge vaults, true connexion hubs between the central patio and the cultural centre, the city and the park. The project comes from the natural repartition of the urban flows between the Gateway Avenue 2 (leading to Taiwan Tower in the South of the site), the Convention and Exhibition Centre (in the North) and the Gateway Park (spread from the North to the South).

Like a dynamic and innovative cultural center dedicated to the Fine Arts and Literature, the Swallow’s Nest is thus a new icon of spatial transversality and cultural transdisciplinarity! It is a raw diamond cut into the crystal whose sharp voluptuousness magnetizes the site from its spiral curves.


Eco-designed from bioclimatic rules, renewable energies and state-of-the-art technologies of Information and Communication, the new cultural center of Taichung city aims at being a pioneer project symbolising the symbiosis of the Nature and Human engineering sciences. Each architectural, structural and technical component is thought to provide a maximum of spatial and functional flexibility aiming at the construction of a building with zero carbon emission.

2.1 A box of nature to welcome the public

Möbius’ ring is based on 1000m² of groundfloor spread out on three great pilasters on which the three vaults set up with strength. This structural concept enables to liberate completely the ground by transforming it into a huge aquatic and floral garden. This open landscape multiplies the visual perspectives towards the Gateway Park and constitutes an permeable architecture to the flows which cross it. In order to limit the visual impact of the building volume, the Swallow’s Nest takes root into the ground by three great spiral banisters that extend the mineral or planted public spaces towards the main big reception hall of the center located underground at basement one. This creates a wide central agora where all the functions of reception of the public, tickets offices, shops and cafeterias centre around under a huge canopy in pretended steel structure and e-low glass. This canopy shrouds the space with a natural zenithal light. The hall gives also access to the convention center, to the educative workshops and to the archives of the cultural center.

2.2 A peripheral seismic joint to be protected from earthquakes

To assure the protection of the building in case of earthquake, the base of the building sets up on earthquake-resistant supports which are located under the last parking level of the isolator floor. The horizontal movements of the centre are isolated from the earth by a seismic joint that surrounds all the perimeter of the basement levels. A moat is thus created between the floor edges and the slurry wall. This is covered by planted walls and becomes a peripheral light well that enables to ventilate and light up naturally the logistic functions of the museum and the library, of the scooters and cars park. The fire escapes are integrated along the slurry wall and lead to the open-air ground floor. Finally to protect this moat from typhoon, a glass canopy overhangs it by assuring thus the tightness of the earthquake-resistant system.

2.3 A parametric structure divided into three ruled surfaces

The strength of the concept resides in the genesis of a complex geometry for the steel structure from the repetition of standard and simple elements. Actually, the typical section in the shape of an isosceles triangle is made with three great tubular beams forming an arch. The 80 arches are linked together at their centre and their ends by mega-columns which form the main edge and spread the loads to the ground. The twist at 360 degrees of the three faces of the triangle is designed under the shape of three ruled surfaces easily adjusted and decomposable into flat panels for a more pragmatic feasibility and a better cost control.

2.4 A spatial hyper-flexibility provided by alveolar double decks

The eight floor levels draw arabesques along the three-dimensional ribbon by ramifying the tubular structure. The whole forms a functional thick pile where each museum gallery or reading space is double oriented either towards the Endless Patio or toward the city. The plans are dynamic and generate a multiplicity of spatial typologies with variable height in simplex, duplex, triplex. The flexibility is obtained by a double-decks system that pinches a radiant alveolar beam network. This network of perforated beams enables to integrate all the flows of canalisation, air conditioning, electricity and optical fibres in order to enable an infinite transferability of each space and assuring everywhere an optimal ceiling height

2.5 Three Tree towers to distribute the vertical flows

The floors are crossed by three cores entirely planted by living walls that create three vertical gardens welcoming visitors from the central agora as well as MEP flows of inputs and outputs. To highlight these true spatial landmarks, they are separated from the slabs by hollow joints covered by glass enabling thus to see the cores, from the ground floor to the solar roof, by transparency on their whole height. Finally, a snake of escalators and panoramic elevators in structural glass enable to take advantage of the green landscape of the Gateway Park and to create thus an hyper outside-inside connectivity. Between these tree towers purifying and cooling down the interior atmosphere by evapotranspiration of plants, the functions are organised in open spaces interlaced by themes between the Arts, the Literature, the Sciences and the Foreign Languages for the library for example, or between the permanent and temporary exhibitions for the museum.

2.6 Intelligent façades of e-low glass pixelated by the photovoltaic solar cells assuring an energetic autonomy

The Swallow’s Nest is the future landmark of the Gateway Park. The project is thus crystalline assuring a maximum of transparency and lighting effects by the treatment of façades, from the integration of renewable energies, intelligent glasses and effects of progressive translucency. Actually, the glittering skin is made of E-Low glass with high rate of thermal isolation. Like a musical score opening out along the glass ribbons, pixels of photovoltaic solar cells and panels of translucent glass and stainless steel assure 50% of opaque façades in order to avoid greenhouse effect on the one hand and to protect the exhibited works on the other hand.


From the Endless Patio, the Gateway Park or the Gateway Park Avenue 2, the facades create mirror effects by reflecting the rustles and the vibrations of the city and of the surrounding nature. These façades question us by transforming themselves in mirror of our society and act as a spectre for the creation of the contemporary art and for the protection of the knowledge. At daytime, the adjusted surfaces of the façades degrade the azure blue towards the tender greens of the luxuriant vegetation of the park. Whereas during the night, the Klein blue of the stars reverses progressively to gold colour of the dawn and the lights of the urban lighting.

The new centre of Taichung has been transformed into a nest of preservation and cultural creation that sees the birth of history in real time, the sensitivities and the Taiwanese philosophies mixed worldwide. In this sustainable architecture dedicated to the biodiversity and the right balance of the action of Human being on Nature, the museum intertwines in the library, the plant embraces the mineral, and the shadow mixes up with the light. The swallow’s nest is a glittering landmark which expresses with elegance the swirling of the imagination. Like the Möbius’ ring, it is a cultural centre without end which will constantly question, intrigue and attract the attention of its visitors.

One swallow made a spring !

© Vincent Callebaut Architect



Centre Culturel de la Ville de Taichung / Bibliothèque Publique et Musée des Beaux-Arts

Taichung, 2013, Taiwan


A l’extrémité Nord du nouveau « Gateway Park » s’implantant sur le site de l’ancien aéroport de la ville de Taichung, le projet «Nid d’Hirondelle» constitue une véritable porte d’entrée vers ce nouvel écosystème urbain. En effet, le projet se développe sous la forme d’un anneau de Möbius tridimensionnel qui extrude sa section triangulaire autour d’un chemin elliptique. Cet écrin organique est donc créé par la simple répétition d’une même section standardisées qui tourne quatre-vingt fois de 4,5 degrés dans le sens horaire pour effectuer une révolution complète de 360 degrés autour d’un immense patio central. L’architecture est inspirée de la nature et semble croître harmonieusement telle une plante depuis la terre vers le ciel.

Cette forme pure et spiralée à l’horizontale permet de créer trois immenses voûtes, véritables hubs de connexion entre le patio central du centre culturel, la ville, et le parc. Le projet résulte donc de la répartition naturelle des flux urbains entre la Gateway Avenue 2 (menant à la Taiwan Tower au Sud du site), le Centre de Convention et d’Exposition (au Nord) et le Gateway Park (s’étendant du Nord au Sud).

A l’image d’un centre culturel dynamique et innovant voué aux Arts et aux Lettres, le Nid d’Hirondelle est donc une nouvelle icône de transversalité spatiale et de transdisciplinarité culturelle ! C’est un diamant brut taillé dans le cristal dont la volupté acérée magnétise le site de ses courbes spiralées.

2. LES COMPOSANTS ARCHITECTURAUX DU PROJET Eco-conçu à partir des règles bioclimatiques, des énergies renouvelables et des technologies de pointe de l’Information et de la Communication, le nouveau Centre Culturel de la Ville de Taichung se veut être un projet pionnier symbolisant la symbiose des sciences de la Nature et de l’ingénierie humaine. Chaque composant architectural, structurel et technique est pensé pour fournir un maximum de flexibilité spatiale et fonctionnelle, le tout visant la construction d’un bâtiment à émission de carbone zéro.

2.1 Un écrin de nature pour accueillir le public

L’anneau de Mobius repose sur 1000 m² au sol répartis sur trois grands pilastres sur lesquels les trois voutes viennent s’implanter avec force. Ce concept structurel permet de libérer complètement le sol en le transformant en un immense jardin aquatique et floral. Ce jardin multiplie les perspectives visuelles vers le Gateway Park et constitue une architecture perméable aux flux qui le traversent. Afin de limiter l’impact visuel du building volume, le Nid d’Hirondelle s’engrave dans le sol par trois grandes rampes spiralées qui viennent prolonger les espaces publics minérales ou végétales vers le grand hall d’accueil du centre situé en sous-sol. Celui-ci crée une large agora centrale où toutes les fonctions d’accueil du public, de billetteries, de boutiques et de cafétérias viennent s’articuler sous une grande canopée en acier prétendu et en verre. Cette canopée baigne l’espace d’une lumière zénithale naturelle. Le hall donne également accès au centre de conférence, aux ateliers éducatifs et aux archives du centre culturel.

2.2 Un joint sismique périphérique pour se protéger des tremblements de terre

Pour assurer la protection du bâtiment en cas de tremblement de terre, le socle du bâtiment est posé sur des appuis antisismiques qui sont implantés sous le dernier niveau de parking sur un niveau d’isolation. Les mouvements horizontaux du centre sont quant à eux isolés de la terre par un joint sismique qui ceinture tout le périmètre des niveaux de sous-sol. Une douve est ainsi formée entre la rive des planchers et le mur de boue. Celui-ci est recouvert de murs végétalisés et devient un puit de lumière périphérique qui permet de ventiler et d’éclairer naturellement les fonctions logistiques du musée, de la bibliothèque ainsi que les parkings scooters et voitures. Les escaliers de secours sont intégrés le long du mur de boue et débouchent au rez-de-chaussée directement à ciel ouvert. Enfin pour protéger cette douve des typhons et des tornades, une canopée vitrée vient la surplomber en assurant ainsi l’étanchéité du système antisismique.

2.3 Une structre paramétrique décomposée en trois surfaces réglées

La force du concept structurel réside dans la genèse d’une géométrie complexe pour la charpente métallique à partir de la répétition d’éléments standards et simples. En effet, la section type en forme de triangle isocèle est réalisée avec trois grandes poutres tubulaires formant une arche. Les 80 arches sont reliées entre elles, à leur centre et à leurs extrémités, par des méga-colonnes qui forment les arrêtes principales et répartissent les charges au sol. La torsion à 360 degrés des trois faces du triangle est conçue sous forme de trois surfaces réglées facilement décomposables en panneaux plats de façade pour une faisabilité plus pragmatique et un meilleur contrôle des couts.

2.4 Une hyperflexibilté spatiale assurée par des double-planchers alvéolaires.

Les huit niveaux de planchers dessinent des arabesques qui viennent épouser le ruban tridimensionnel en se ramifiant à la structure tubulaire. L’ensemble forme un millefeuille fonctionnel où chaque espace muséale ou de lecture est doublement orienté soit vers le patio soit vers la ville. Les plans sont dynamiques et génèrent une multiplicité de typologies spatiales à hauteur variable en simplex, duplex, triplex. La flexibilité est obtenue par un système de double-planchers qui vient pincer un réseau de poutres alvéolaires rayonnantes. Ce réseau de poutres perforées permet d’intégrer tous les flux de canalisation, de climatisation, d’électricité et de fibres optiques afin de permettre une transférabilités infinie de chaque espace, le tout en assurant partout une hauteur sous plafond optimale.

2.5 Des tours arbres pour distribuer les flux verticaux

Les planchers sont traversés par des noyaux entièrement végétalisés qui créent trois jardins verticaux accueillant les visiteurs depuis l’agora centrale ainsi que les flux MEP d’inputs et d’outputs. Pour mettre en évidence ces véritables repères spatiaux, ceux-ci sont désolidarisés des dalles par des joints creux recouverts de verre permettant ainsi d’appréhender ces noyaux par transparence sur toute leur hauteur depuis le rez-de-chaussée jusqu’à la toiture solaire. Enfin, un serpent d’escaliers mécaniques et des ascenseurs panoramiques en verre structurel permettent de profiter du paysage verdoyant du Gateway Park et de créer ainsi une hyper connectivité intérieur-extérieur. Entre ces tours arbres, purifiant et rafraichissant l’atmosphère intérieur, les fonctions viennent s’organiser en open spaces entrelacés par thématiques entre les arts, les lettres, les sciences et les langues pour la bibliothèque par exemple, ou entre les expositions permanentes et temporaires pour le musée.

2.6 Des façades intelligentes d’e-low glass pixélisées de cellules solaires photovoltaïques assurant une autonomie énergétique

Le Nid d’Hirondelle est la future vitrine du Gateway Park. Le projet se veut donc cristallin assurant un maximum de transparence et de jeux de lumière par le traitement des façades, à partir de l’intégration des énergies renouvelables, de verres intelligents et d’effets de translucidité progressive. En effet, la peau scintillante est constituée d’E-Löw glass à haut taux d’isolation thermique. Telle une partition de musique se déployant le long des rubans de verre, des pixels de cellules solaires photovoltaïques et de panneaux de verre translucide et d’acier inoxydable viennent assurer 50% de façades opaques afin d’éviter l’effet de serre d’une part et de protéger les œuvres et ouvrages exposés d’autre part.


Depuis le parvis, le patio, le parc ou la Gateway Avenue 2, les façades jouent les effets miroirs en reflétant les bruissements et les vibrations de la ville et de la nature environnantes. Ces façades nous questionnent en se transformant en miroir de notre société et elles agissent comme un spectre pour la création de l’art contemporain et pour la protection du savoir. De jour, les surfaces réglées des façades dégradent le bleu azur du ciel vers les verts tendres de la végétation luxuriante du parc. Tandis que de nuit, le bleu Klein des étoiles s’inverse progressivement vers les couleurs chaudes de l’aube et de l’aurore ainsi que des feux de l’éclairage urbain.

Le nouveau Centre de Taichung s’est transformé en un vivier de préservation et de création culturelle qui voit éclore en son sein l’histoire en temps réel, les sensibilités et les philosophies taiwanaises métissées à l’internationale. Dans cet écrin durable voué à la biodiversité et au juste équilibre de l’action des hommes sur la nature, le musée s’entrelace dans la bibliothèque, le végétal épouse le minéral, l’ombre côtoie la lumière.

Le Nid D’Hirondelle est un landmark étincelant qui exprime avec élégance les tourbillons de l’imaginaire. A l’image de l’anneau de Möbius, c’est un centre culturel sans fin qui perpétuellement interrogera, intriguera et éveillera les neurones de ses visiteurs.

Une hirondelle a fait le printemps !

© Vincent Callebaut Architecte