top_bottom
Slideshow of this Project Press F11 for Full Screen
ANTI-SMOG
Paris 2007
France
image

Partager
PROGRAM : Innovation Centre in Sustainable Development
LOCATION : Canal de l'Ourcq, Paris 19ème
SURFACE AREA : 2065 M²
PERSPECTIVES : Philippe Steels
ourcq_pl01
ourcq_pl02
ourcq_pl03
ourcq_pl04
ourcq_pl05
ourcq_pl06
ourcq_pl07
ourcq_pl08
ourcq_pl09
ourcq_pl10
ourcq_pl11
ourcq_pl12
ourcq_pl13
ourcq_pl14
ourcq_pl15
ourcq_pl16
ourcq_pl17
ourcq_pl18
ourcq_pl19
ourcq_pl20
ourcq_pl21
ourcq_pl22
ourcq_pl23
ourcq_pl24
ourcq_pl25
ourcq_pl26
ourcq_pl27
ourcq_pl28

.

ANTI-SMOG, A CATALYST FOR CLEANER AIR

Anti-Smog is a parasite project set up on the post-industrial urban structure of the Petite Ceinture and the canal de l’Ourcq in the 19th Parisian district. It is a public equipment dedicated to promote the last innovations on the theme of sustainable development in urban area in terms of housing or transport. Its role is to apply all the avant-garde renewable energies so as to fight against the Parisian smog. This smog (smoke + fog) is a bluish to reddish haze. It is the result of the water condensing (the fog) on the suspended dust and the presence of ozone in the troposphere. The smoke is produced in major part by the burning of fossil fuel and is composed of sulphurous gas (such as sulphur dioxide) in addition to the dust on which the water steam contained in the fog condensates itself. This photochemical cloud is associated to many detrimental effects for the health (asthma, infarct, AVC) and for the environment (acid rains, attrition of the building). This project aims therefore at inventing a new architecture able to disasphyxiate the area in which it is set up!

URBAN VECTOR XYZ

Anti-Smog is thus an ecological prototype of auto-sufficient, depolluting architecture, reactive to its environment and is set up on an Euclidean urban vector with three axes:

In X, the canal de l’Ourcq :

With the canal Saint-Denis, the bassin de la Villette and the canal Saint-Martin, the canal de l’Ourcq constitutes the network of the Parisian canals, long of 130 km and that belongs to the city of Paris. It is a linear and emblematic site suspended on the water between the Rotonde de Nicolas Ledoux located place Stalingrad and the Parc de la Villette punctuated by the red folies of the American architect Bernard Tschumi. This canal de l’Ourcq begins at the second Bassin de la Villette by a standing bridge, of 85 tons built in 1885. It measures 30 meters of width and 730 meters of length. In the 28th Century, its first function was to constitute a reserve of drinking water for the city of Paris but also a reserve of navigable water for the canal Saint Martin. Until the 70’s, the district has been strongly marked by the industries and the activities linked to the use of the waterway. Today, our post-industrial period of leisure stigmatises the banks with thematic activities related to the culture of water such as Paris Plage.

In Y, the rail bridge of the Petite Ceinture :

The line of the Petite Ceinture is an old double way train line that went round Paris inside the boulevards des Maréchaux. Operational in 1862, it is now mostly unused and amputated of a part of its length. It consists currently in 23 kilometres of railways between the porte de Clichy in the North and the boulevard Victor in the South, going through the East of Paris. The pedestrian access is now strictly forbidden but the railway punctuated by bridges presents a huge potential not only in term of public transport but also in term of reconversion in planted promenade or Vélib and solar car ways on rail for example.

In Z, the factory of urban heating:

This monolithic and obsolete factory of the Compagnie Parisienne de Chauffage Urbain (CPCU) planted with its white smokestack pierces the horizon of the Buttes Chaumont. It is dedicated to disappear. According to the urbanism plan, it will be replaced by a building of housing and a public garden of 1500 m² enabling to relay out the bearing vaulting of the petite ceinture in art and craft shops. CPCU is integrated in the underground of the capital city. This company has helped all along the 20th Century to limit a part of the imports of fossil energy by producing urban heating (steam) and electricity from the cogeneration and burning of waste.

In XYZ :

At the crossing of the fluvial and train ways, the project Anti-Smog sets up in the heart of this vector with 3 directions. It is composed of two distinct museum entities with positive energetic results, which means producing more energy that they consume. On the one hand, the Solar Drop is a superstructure in polyester and in photovoltaic cells that treadles the « Cage », the double bridge with metallic braces crossing the canal de l´Ourcq. On the other hand, the Wind Tower is a helical structure incrusted of wind machines fixed vertically in the future municipal garden on the edge of the water.

SOLAR DROP

On the railway, coming from the park of the Buttes Chaumont, after the crossing of the «Paris-Bestiaux» (the old transit train station of the bovine towards the butchery of la Villette), comes the crossing of the canals. Capturing under its curve the rail bridge of the canal de l’Ourcq, a great white drop with a 250 m² photovoltaic blue roof catches the sun rays to transform them in electrical energies. As a ship’s body, it is built in polyester fibre reinforced with steel bends outlining its main profiles. The whole building is recovered by a layer of titanium dioxide (TiO2) as anatase, which by reacting to ultraviolet rays, enables to reduce the air pollution. In the framework of the lay out policies and the development of a governance responsible of our territories, the Solar Drop, in addition to be an auto-cleaning building, will enable to absorb and recycle by photo-catalytic effect the cloud of unhealthful effects (Smog) especially coming from the intense traffic of the very close Parisian belt. The superior hemisphere presents a structure deploying itself in net where the alveoli or ears are filled up with glasses and chips of carbon pixels enabling the Anti-Smog to be completely auto-sufficient in energy. Moreover, two planted arches cover the ellipsis on all its length and get the rainwater to provide for the logistical needs of the exhibition centre and its cafeteria. Below this thermo regulating solar roof, there is a huge exhibition and meeting function room organised around a central garden, a phyto-purified aquatic lagoon. It is a didactic place dedicated to the new ecological urbanities and renewable energies. It is full of lighting and seems in levitation on top of the Ourcq thanks to the glass floors that let the dancing reflections of the water glimmer on it. Actually, the cantilever structure that lean on the beams of the bridge stretches its two bows in the axis of the canal. The access to Solar Drop is organised on two different levels. First, a double entrance exists through the existing pedestrian footbridge along the “Cage” and linking both banks of the canal. Then, the second entrance by the vertical core or the banister of the Winds Tower gives access to the footbridge at 10 meters high making the hyphen to the Solar Drop.

WIND TOWER

Located at the bottom of the vaulting of the Petite Ceinture, on the site of the factory of urban heating, the Wind Tower spreads its helical gallery on more than 45 meters of height. The scenographical ribbon unfolds along the banister in console around curved walls of the central bearing core. This core is carpeted of tactile and digital screens beaming the news continuously and containing the stairwell and the elevator. Also of elliptic plan, the main axis of the tower moves according to the one of the canal to take place in the direction of the dominating winds (South-West). Actually, its crystalline glass layer unfolds by an auto bearing layer in fishnet stockings and dissociated of the curtain wall. This second structure in polyester fibre is covered by planted cushions pierced of sinuous slits along almost fifty axial wind machines of Darrieus. The whole set looks like a harmonious vertical park with a vegetable dress in perpetual movement. On the top, the museum way ends with a suspended garden in the sky. With aromatic savours, this perfumed haven of piece offers an exceptional panoramic view on the Parisian East. This Winds Tower can also change into a silo containing a spiral of vélib or solar cars on a minimum of ground surface area on the pattern of the Smart towers. It would be thus directly connected to the double railway for new promenades without the railroad bowels of the city of Paris.

Anti-Smog is thus a didactic prototype of ecological experimentations. Solar Drop and Wind Tower implement the most advanced technologies in the auto-sufficient construction to better reveal the applications of the contemporary society. Its energetic results are positive and enable to assure not only the functioning of the centre but also the nocturnal lighting of the banks of the second Bassin de la Villette. Moreover, this project aims at reducing the atmospheric pollution of the area by capturing the CO2 and thus improves the quality of the air. It is a play project, an urban and truly live graft. In osmosis with its surroundings, it is an architecture that interacts completely with its context that is climatic, chemical, kinetic or social to better reduce our ecological print in urban area!

Vincent Callebaut Architect

TEXTE FRANCAIS

ANTI – SMOG, POUR UNE ARCHITECTURE DEPOLLUANTE

Anti-Smog est un projet parasite qui vient se greffer sur la structure urbaine postindustrielle de la Petite Ceinture et du canal de l’Ourcq dans le 19ème arrondissement parisien. C’est un équipement public destiné à promouvoir les dernières innovations sur le thème du développement durable en milieu urbain que ce soit en termes d’habitat ou de transport. Son rôle est de mette en application toutes les énergies renouvelables d’avant-garde afin de combattre au maximum le smog parisien. Ce smog (smoke+fog) est une brume bleutée à roussâtre. Il est le résultat de la condensation de l'eau (le brouillard) sur des poussières en suspension et de la présence d'ozone dans la troposphère. La fumée est produite en grande partie par la combustion de combustibles fossiles et est composée de gaz sulfureux (comme le dioxyde de soufre) en plus de poussières sur lesquelles se condense la vapeur d'eau contenue dans le brouillard. Ce nuage photochimique est associé à de nombreux effets néfastes pour la santé (asthme, infarctus, AVC) et pour l'environnement (pluies acides, corrosion du bâti). Ce projet a par conséquent pour but d’inventer une nouvelle architecture capable de désasphyxier le quartier dans lequel elle est implantée !

VECTEUR URBAIN XYZ

Anti-Smog est donc un prototype écologique d’architecture auto-suffisante, dépolluante et réactive à son environnement et vient s’implanter sur un vecteur urbain euclidien à trois axes :

En X, le canal de l’Ourcq :

Avec le canal Saint-Denis, le bassin de la Villette et le canal Saint-Martin, le canal de l’Ourcq constitue le réseau des canaux parisiens, long de 130 km et qui appartient à la ville de Paris. C’est un lieu linéaire et emblématique suspendu sur le fil de l’eau entre la Rotonde de Nicolas Ledoux située place Stalingrad et le Parc de la Villette ponctué par les rouges folies de l’architecte américain Bernard Tschumi. Ce canal de l’Ourcq débute au second bassin de la Villette par un pont levant, de 85 tonnes construit en 1885. Il mesure 30 mètres de large sur 730 mètres de long. Au XVIIème siècle, sa première fonction était de constituer une réserve d’eau potable pour la ville de Paris mais aussi une réserve d’eau navigable pour le canal Saint Martin. Jusqu'aux années 1970, le quartier est fortement marqué par les industries et les activités liées à l'exploitation de la voie d'eau. Aujourd’hui notre époque postindustrielle de loisirs stigmatise les berges d’activités thématiques liées à la culture de l’eau comme par exemple Paris Plage.

En Y, le pont rail de la Petite Ceinture :

La ligne de Petite Ceinture est une ancienne ligne de chemin de fer à double voie qui faisait le tour de Paris à l'intérieur des boulevards des Maréchaux. Mise en service en 1862, elle est aujourd'hui en grande partie inutilisée et amputée d'une partie de sa longueur. Elle consiste actuellement en 23 kilomètres de voies ferrées entre la porte de Clichy au nord et le boulevard Victor au sud, en passant par l'Est de Paris. L’accès au piéton est aujourd’hui strictement interdit mais le parcours rail ponctué de ponts présente un potentiel énorme non seulement en terme de transport public mais aussi en terme de reconversion en promenade plantée ou en parcours vélib et voitures solaires sur rail par exemples.

En Z, l’usine de Chauffage Urbain :

Cette usine monolithique et obsolète de la Compagnie Parisienne de Chauffage Urbain (CPCU) plantée de sa cheminée blanche transperce l’horizon des Buttes Chaumont. Elle est vouée à disparaître. Suivant le plan d’urbanisme, elle laissera place à un immeuble d’habitations ainsi qu’à un jardin public de 1500m² permettant de réaménager les voûtes porteuses de la petite ceinture en magasins d’artisanats. CPCU est intégrée au sous-sol de la capitale. Cette société a participé tout au long du XX siècle à limiter une part de l’importation de l’énergie fossile en produisant du chauffage urbain (vapeur) et de l’électricité à partir de la cogénération et de l’incinération des déchets.

En XYZ :

A la croisée des voies fluviale et ferrée, le projet Anti-Smog s’implante au cœur de ce vecteur à trois directions. Il est composé de deux entités muséales distinctes à bilan énergétique positif, c’est-à-dire produisant plus d’énergies qu’elles n’en consomment : D’une part, la Solar Drop est une superstructure en polyester et en cellules photovoltaïques qui vient enjamber la «Cage», le double pont à croisillons métalliques franchissant le canal de l´Ourcq. D’autre part, la Wind Tower est une structure hélicoïdale incrustée d’éoliennes s’enracinant verticalement dans le futur jardin municipal au bord de l’eau.

SOLAR DROP

Sur le rail, en provenant du Parc des Buttes Chaumont, après la traversée du «Paris-Bestiaux» (l´ancienne gare de transit des bovins en direction des abattoirs de la Villette), vient la traversée des canaux. Capturant sous son galbe le pont ferré du canal de l’Ourcq, une grande goutte blanche à la toiture bleue photovoltaïque de 250 m² capte les rayons du soleil pour les transformer en énergies électriques. Comme une coque de bateau, elle est construite en fibre de polyester renforcée de cintres en acier soulignant ses principaux profils. Le tout est recouvert d’une couche de dioxyde de titane (TiO2) sous forme anatase, qui en réagissant aux rayons ultra-violets, permettent de réduire la pollution de l’air. Dans le cadre des politiques d’aménagement et du développement d’une gouvernance responsable de nos territoires, la Solar Drop, en plus d’être un bâtiment autonettoyant, permettra d’absorber et de recycler par effet photo-catalytique le nuage des gaz nocifs (Smog) notamment émis par l’intense trafic du périphérique parisien tout proche. L’hémisphère supérieur présente une structure se déployant en résille où les alvéoles ou épis se remplissent de verres et d’éclats de pixels de carbone permettant à l’Anti-Smog d’être entièrement auto-suffisant en énergie. De plus, deux arches végétales parcourent l’ellipse dans toute sa longueur et viennent récupérer les eaux de pluie en suffisance pour subvenir aux besoins logistiques du centre d’expositions et de sa cafétéria. Au dessous de cette toiture solaire thermorégulatrice se déploie une grande salle polyvalente d’expositions et de rencontres organisée autour d’un jardin central, une lagune aquatique phyto-épurée. C’est un lieu didactique dédié aux nouvelles urbanités écologiques et aux énergies renouvelables. Elle est baignée de lumière et semble en lévitation au dessus de l’Ourcq grâce aux planchers en verre qui laissent miroiter en elle les reflets dansants de l’eau. En effet, la structure en porte-à-faux prenant appui sur les poutres du pont élance ses deux proues dans l’axe du canal. L’accès à Solar Drop s’organise sur deux niveaux différents. Tout d’abord, une double entrée se fait par la passerelle piétonne existante longeant la « Cage » et reliant les deux berges du canal. Ensuite, la seconde entrée par le noyau vertical ou la rampe de la Wind Tower donne accès à la passerelle située à 10 mètres de hauteur faisant le trait d’union jusque la Solar Drop.

WIND TOWER

Situé au pied des voûtes de la Petite Ceinture, sur le site même de l’usine de chauffage urbain, la Wind Tower élance sa galerie hélicoïdale sur plus de 45 mètres de hauteur. Le ruban scénographique se déroule le long de la rampe en console autour des murs courbes du noyau porteur central. Ce noyau est tapissé d’écrans tactiles et digitaux diffusant l’information en continu et contient la cage d’escalier et l’ascenseur. Egalement de plan elliptique, l’axe principale de la tour se décale par rapport à celui du canal pour se situer dans la direction des vents dominants (sud-ouest). En effet, sa peau cristalline en verre se dédouble par une peau en bas-résille autoporteuse et désolidarisée du mur rideau. Cette seconde structure en fibre de polyester est habillée de coussins végétaux et percées de fentes sinueuses logeant une cinquantaine d’éoliennes axiales de Darrieus. Le tout prend la forme d’un élégant parc vertical à la robe végétale en mouvement perpétuel. Au sommet, le parcours muséal se termine par un jardin suspendu dans le ciel. Aux saveurs aromatiques, ce havre de paix parfumé offre une vue panoramique exceptionnelle sur l’est parisien. Cette Wind Tower peut aussi se transformer en un silo contenant une spirale de vélib ou de voitures solaires sur un minimum de surface au sol sur le modèle des tours Smart. Elle serait ainsi directement connectée à la double voie de chemin de fer pour des promenades inédites dans les entrailles ferrées de la ville de Paris.

Anti-Smog est donc un prototype didactique d’expérimentations écologiques. Solar Drop et Wind Tower mettent en œuvre les technologies les plus avancées dans la construction autosuffisante pour mieux démontrer leurs applications à la société contemporaine. Son bilan énergétique est positif et permet d’assurer non seulement le fonctionnement du centre mais aussi l’éclairement nocturne des berges du second bassin de la Villette. De plus, ce projet a pour objectif de réduire la pollution atmosphérique du quartier en captant le CO2 et ainsi d’améliorer la qualité de l’air. C’est un projet ludique, une greffe urbaine et véritablement vivante. En osmose avec son milieu, c’est une architecture qui interagit complètement avec son contexte qu’il soit climatique, chimique, cinétique ou social pour mieux réduire notre empreinte écologique en milieu urbain !

Vincent Callebaut Architecte