• Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg

FERTILE CITIES - CHINESE
ECO-RESPONSIBLE LIFESTYLES INSPIRED BY BIOMIMICRY
HONG KONG 2014
CHINA
TITLE : Fertile Cities
DATE : October 2014 - March 2015
TYPE : Architectural Monograph about Vincent Callebaut Architectures Projects
LANGUAGE : English and Chinese
THEMA : Eco-Responsible Lifestyles Inspired by Biomimicry
ESSAYS : Ugo Bellagamba, Greg McMillan, Christophe Jannin-Powell
EDITOR : Liaoning Science and Technology Publishing House
FORMAT : 21.5cm x 28.5cm / 358 pages / Hardcover
ISBN : 978-7-5381-8633-8
LINKS : www.lnkj.com.cn
LINKS : www.amazon.com


“FERTILE CITIES”

Eco-Lifestyles inspired by Biomimicry

At the international crossroads of an economic and ecological crisis, the world's citizen seeks to reinvent himself through an eco-responsible way of life without putting a mortgage on future generation's destiny! With the goal of passing out stressful statement of facts and to propose alternative solutions, my agency "Vincent Callebaut Architectures" builds gates between fundamental laboratory research and industry applied research in order to conceive new architectural prototypes resilient to climate dysfunctions and growing pollution of our blue planet.

At the dawn of the third industrial revolution which emerges for a decade by the merging of Biotechnologies and Information and Communication Technologies, our green architectures introduces perspectives of new metabolic urban processes which are behaving on a biomimicry way, like mature ecosystems where nothing is lost and all is recycled or transformed. Like a tropical forest, our "post carbon" cities have to be eco-conceived to transform constraints in opportunities recommending on one side a self sufficient energetic part (either it is electric, calorific or alimentary) and on the other side recycling in sustainable energies of pollution waste. To adapt form to function, to bet on biodiversity, to program the multi-functionality, to encourage multi-culture and self management, these are the keys of an urban and social success to initiate the symbiosis within the couple Human-Nature.

The most ancient living form appeared 3.8 billion years ago. on a sustainable matter, human societies are late comparing to nature. If only 1% of species have survived, adapting relentlessly and this without a drop of petrol, their survival deserves respect. Inspired from these billion of years of research and development, new approaches of innovation targeting the modification of the carbon assessment are guiding us to the three references used by contemporary biotechnologies: Biomorphism, Bionic, and Biomimicry.

First of all, the Biomorphism allows us to study the intelligence of nature's shapes which plasticity uses often a minimum of material for a maximum of energetic effectiveness (ex: wings of the steps' eagle, the hydrodynamic spiral shape of the nautilus, the natural ventilation of termite's nests). Then, Bionic makes us understand the strategy of the living and the structural ingenuity of materials (ex: plasticity of water lilies leaves, hyper resistivity of dragonflies wings or beehives honeycomb). At last, Biomimicry allows us to analyse and transpose to the scale of a city all retroactive effects which make long living mature ecosystems through diversification, cooperation and reduction of need from source (ex: self regeneration agriculture, photo synthesis copying, bio-hydrogen production from sea weed).

While the primary reason of architecture, from dawn of times, is to protect mankind from nature, the contemporary city wishes through these emergent methods to reconcile human with its natural ecosystem. Architecture makes itself metabolic, fertile and creative! Facades become like epidermises, intelligent, self regenerational and organic. They are moving material, covered of free plants and always adjust shape to functionality. Roofs become new grounds of a green city. The garden is not placed side by side with the building anymore, it is the building!

Architecture is now cultivable, edible. The vertical flows become digestive organs, metabolizing the waste of alimentary and everyday life. Architecture is not anchored into the ground anymore but planted in the soil, exchanging continuously with it organic materials transformed in natural richness.

Such green architectural projects are the sum of inter-disciplinary think tanks gathering around round tables international specialists whose intellectual and cultural complementarities lead us for a decade now to the elaboration of these new fertile cities prototypes, from conception to realisation.

© Vincent Callebaut, Lead Archibiotect

TEXTE FRANCAIS

“VILLES FERTILES”

Modes de Vie Ecoresponsables Inspirés par le Biomimétisme

Au Carrefour mondial d’une crise économique et d’une crise écologique, le citoyen monde cherche à se réinventer à travers de nouveaux modes de vie écoresponsables, sans ne plus jamais hypothéquer le destin des générations futures ! Dans le but de dépasser les constats anxiogènes et de proposer des solutions alternatives et soutenables, mon agence « Vincent Callebaut Architectures » dresse des ponts entre la recherche fondamentale en laboratoire et la recherche appliquée en industrie afin de concevoir de nouveaux prototypes d’architectures résilientes aux dérèglements climatiques et à la pollution croissante de notre planète bleue.

A l’aube de la troisième révolution industrielle qui voit le jour depuis une décennie par la fusion des biotechnologies et des technologies de l’information et de la communication, nos architectures vertes entrouvrent les perspectives de nouveaux processus urbains métaboliques qui se comportent, de façon biomimétique, comme des écosystèmes matures où rien ne se perd, tout se recycle et se transforme. A l’image d’une forêt tropicale, nos villes « post-carbone » doivent être éco-conçues pour transformer les contraintes en opportunités en prônant, d’une part l’autosuffisante énergétique (que l’énergie soit électrique, calorifique ou alimentaire), et d’autre part le recyclage en énergies renouvelables des déchets et de la pollution. Adapter la forme à la fonction, parier sur la biodiversité, programmer la multifonctionnalité, inciter la multi-culturalité et l’autogestion, telles sont les clés de la réussite urbaine et sociale pour instaurer la symbiose entre le couple Homme-Nature.

Les projets urbanistiques et architecturaux présentés dans cette monographie sont des projets manifestes qui militent pour rapatrier la nature et la campagne dans la ville. Pas une nature esthétisante qui maquille nos villes derrière de la végétation «cosmétique», mais une nature active qui transforme nos cités énergivores en biotopes nourriciers, et nos citoyens en jardiniers ! « Métamorphoser nos villes en écosystèmes, nos quartiers en forêts et nos buildings en arbres habités », c’est notre véritable leitmotiv !

Les plus anciennes formes vivantes sont apparues il y a 3,8 milliards d’années. En matière de durabilité, les sociétés humaines ont donc une longueur de retard sur la nature qui a fait ses preuves. Si seulement 1% des espèces ont survécu, en s’adaptant sans cesse et cela sans une goutte de pétrole, leur subsistance mérite le respect. S’inspirant de ces milliards d’années de Recherche & Développement, de nouvelles démarches d’innovation visant la modification du bilan carbone, nous guident vers les trois échelles complémentaires exploitées par les biotechnologies contemporaines : le Biomorphisme, la Bionique, et le Biomimétisme.

Tout d’abord, le Biomorphisme nous permet d’étudier l’intelligence des formes de la nature dont la plasticité utilise souvent un minimum de matière pour un maximum d’efficience énergétique (ex : Les ailettes verticales de l’aigle des steppes, la forme spiralée et hydrodynamique du nautile, la ventilation naturelle des termitières). Ensuite, la Bionique nous fait comprendre les stratégies du vivant ainsi que l’ingéniosité structurelle des matériaux (ex : La plasticité des feuilles de nénuphar, la structure hyper-résistante des ailes de libellule ou des ruches en nid d’abeille). Enfin, le biomimétisme nous permet d’analyser et de transposer à l’échelle de la ville toutes les rétroactions qui font vivre de façon pérenne les écosystèmes matures par la diversification, la coopération et la réduction des besoins à la source (ex : l’agriculture autorégénérative, la reproduction du procédé de photosynthèse, la production de bio-hydrogène à partir d’algues vertes).

Alors que la raison primaire de l’architecture est depuis la nuit des temps de protéger l’Homme contre la Nature, la ville contemporaine désire par ces méthodes émergentes réconcilier enfin les hommes et les écosystèmes naturels! L’architecture se fait métabolique, fertile et créative ! Les façades deviennent tel des épidermes, intelligentes, régénératives et organiques. Elles sont matière en mouvement, recouvertes de plantes libres, et ajustent toujours la forme à la fonctionnalité. Les toitures deviennent les nouveaux sols de la ville verte. Le jardin n’est plus accolé à l’édifice, il est l’édifice ! L’architecture devient cultivable, comestible. Les circulations verticales deviennent les organes digestifs qui métabolisent les rebus de l’occupation de la vie et les déchets alimentaires. L’Architecture n’est plus implantée au sol mais elle est plantée dans la terre et échange avec elle les matières organiques transformées en continu en richesses naturelles.

De tels projets architecturaux sont le résultat de think tanks interdisciplinaires qui réunissent autour de tables rondes des spécialistes internationaux dont la complémentarité culturelles et intellectuelles nous ont menés depuis une décennie à l’élaboration de ces nouveaux prototypes de villes fertiles, et ce depuis leur conception jusqu’ à leur construction !

© Vincent Callebaut, Lead Archibiotecte