• Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg
  • Slidebg

ARBORICOLE
The Inhabited Tree For Millennials,
A Biophilic Project Focused Smart Building,
Angers 2018,
France
International Competition: Finalist of “Imagine Angers”, organized by Christophe Béchu, mayor of Angers
Real Estate Developer: Bouygues Immobilier
Lead Architectural Consultant: Vincent Callebaut Architectures, Paris
Program: 50 vegetated, adaptable, and experimental apartments; a next-generation hotel residence; bar, beer brewery, and concert hall; a cultural nursery for the development of artistic projects; a gourmet rooftop restaurant
Floor Area: 9,400 m² (101,180 sq. ft.)
Environmental Technical Studies Office: Elan
Structure and MEP: Setec Bâtiment
Landscaper: Sempervirens, assisted by the INRA (French National Institute of Agricultural Research)
Partners: Eisox, Making Tomorrow
Artist: Collectif Blast
ARBORICOLE
THE INHABITED TREE FOR MILLENNIALS,
A BIOPHILIC PROJECT FOCUSED SMART BUILDING,
Gambetta Site, Angers, France

Preliminary Definitions:

"ARBORICOLE": From the Latin "arbor": tree and "colo": to cultivate, to live. Arboricole refers to trees, whether it be living in trees or growing trees, known as arboriculture.

Bouygues Immobilier group, always looking to reinvent itself by following the evolution of the company, has decided to team up with the Vincent Callebaut Architectures agency and develop a biophilic project focused smart building that combines plants and advanced renewable energies. Ever since the call for entries, we have been passionate about combining our knowledge and expertise internationally to design this new biomimetics-inspired architectural prototype that we've name Arboricole.

This “Arboricole” developed by Vincent Callebaut Architectures, Bouygues Immobilier and the French National Institute of Agricultural Research (INRA) was among the five finalists for the Gambetta site during the international competition “Imagine Angers” organized by Christophe Béchu, mayor of Angers. The favorite of the local press and acclaimed in the first place by the public vote, it was unfortunately not retained.



1. THE THREE REASONS WHY WE TOOK PART IN THE "IMAGINE ANGERS" CALL FOR INNOVATIVE ENTRIES

1.1. The First Reason Is Our Shared Desire to Meet the Gambetta Site's Objective Through Iconic and Contextual Architecture

The Gambetta site is very symbolic!

Symbolic, thanks to its geographical location at the heart of Angers. It marks the historic entrance to the city in the footsteps of the ancient ramparts that once spanned La Maine River.

Symbolic, thanks to its direct view onto the Saint Maurice Cathedral and the Château d'Angers, which is beautifully adorned with schist and tuffeau stone.

Symbolic, thanks to the mixed populations that came using the crossroads of uses and the Angevin generations.

This symbolic site has inspired us with disruptive and unconventional program and architecture, created through interdisciplinary, collaborative work.


1.2. The Second Reason Is Our Intention to Create A Biomimetic Project in The European Plant Capital

Angers has distinguished itself through its specialization in the field of plants: Végépolys is the leading European horticultural competitiveness cluster, while the city is also home to the headquarters of the Community Plant Variety Office.

Our design aims to integrate biodiversity into the process of creating this ecosystem-like project. This process improves the well-being of city dwellers and the energy-conserving, increasingly urbanized city.
Living in an apartment at the heart of a vertical nourishing forest reminds us of our childhood dream. The dream of building tree huts to live better in symbiosis with ecosystems.
To realize this dream on an urban scale, the five principles of biophilic architecture applied to the Gambetta site in Angers are as follows:

1. Strengthen the Visual Link with Nature: It is about creating an interior/exterior dynamic by widening the view of the Angevin landscape and by designing natural biotopes such as hanging gardens that vary with the seasons. The presence of water and La Maine nearby also enhances the experience of a place through sight, sound, and touch.
2. Focus on Thermal Variability and Renewal: The goal is to make subtle changes in air temperature, humidity, drafts on the skin, and surface temperatures that mimic natural environments.
3. Enjoy the Vivid and Diffused Light: The vivid and diffused light allows us to play on different intensities and shadows that change over time to create the conditions that occur in nature.
4. Multiply Biomorphic Shapes and Patterns: Biomorphic patterns, inspired by the forms of life, are symbolic references to recurring arrangements and textures in nature. They increase the residents' well-being, relaxation, and concentration.
5. Optimize the Sensory Link with Bio-Based Materials: A material and sensory connection with nature means using recycled and/or recyclable natural materials which, thanks to minimal treatment, express the biotope or the local geology.


1.3. The Third Reason Is Our Leitmotif of Offering an Unprecedented Urban Experience Dedicated to Young People Aged 25 to 35

For Arboricole, we wanted to combine the best of social innovation, which is driven by citizens towards politics, and the best of technological innovation, which is developed by industries for citizens. Our project aims to bridge these two complementary innovations.

The cornerstone of our collective approach has been placing people at the center of the issue from the start. The goal was, upstream of the project, to first develop an innovative and collaborative program that best meets the wishes of future users whose lifestyles and workstyles are constantly changing.

In this dynamic, the team's leitmotif was to transform the traditionally passive user, the urban consumer, into a pro-active “consum-actor”, integrated into the design process from the genesis of the project to better understand it and appropriate it later on.

The land's lifeblood has thus expressed their desires for an innovative program set up around four major themes:

1. intergenerational and transcultural diversity
2. flexibility and reversibility of spaces and uses
3. friendliness, better living together
4. integration of hanging gardens

We wanted to offer young people the keys to implementing solutions to a post-carbon world and rid them of the anxiety surrounding climate change. A world where architecture allows them to optimize their energy consumption in real time thanks to renewable energies and NICT (New Information & Communication Technologies), a world that brings the countryside to the city to better access a democratized and short circuit distributed organic food.



2. PROJECT DESCRIPTION :

2.1. Imagine An "Agritecture", with the Look of Angevin Groves Respecting the Typology of the Angevin Island

The word "Agritecture" is a neologism, defining a new urban discipline mixing AGRIculture and archiTECTURE at the heart of our cities.

Arboricole is not an inert building, but a living architecture, whose sinuous balconies are dedicated to food gardening grown on terraces thanks to permaculture.

It references the agriculture of the Angevin groves, with its undulating, waterfall effect plateaus. The floors respect the alignment of the boulevards and are perfectly tailored to the heights of neighboring buildings, whose average height is 25 meters.

Like a ship setting off to board the waves of La Maine River, only the bow of the building, located at the intersection of Boulevard Ayrault and Quai Gambetta, gradually rises to 35 meters, the maximum height allowed by the urban regulations in force. In doing so, the Arboricole is rooted as a real landmark of the 21st century, without taking away from the towers of the Château d'Angers.

The curved plateaus are outlined according to the prevailing wind direction to avoid turbulence and maximize comfort on the food garden balconies. The overall volume is shaped to benefit from the best sunshine throughout the day from East to West.

For the sake of urban continuity, the facades are covered with white tuffeau stone, the cultural identity signature of the Loire Valley. The tuffeau stone is the main element that we have formed into waves that run through the facades and remind us on the edge of La Maine that "Angers La Blanche" (Angers the White) was known as "Angers La Noire” (Angers the Black) before the 16th century, because of its dark wood, schist, and slate constructions.

The acoustic false ceilings of the balconies are made of satin aluminum. They show off the plant essences climbing this vertical grove to passing pedestrians. Micro-perforated, they absorb the noise pollution emitted by car traffic.


2.2. Imagine A Smart Building, A True Climate Hero Post COP 21

Like a mature ecosystem, we want this inhabited tree to be a climatic hero that produces its own energy (be it heat, cold, or food) and recycles its own organic waste in short circuits.

Arboricole is a positive answer to the following vital question:

How can we adapt our European historic cities to climatic change, to the phenomena of strong floods, heavy rains, and current heat waves?

To combat the urban heat island effect, did you know that greening public areas and buildings can moisten and cool the air through the evapotranspiration of plants?

The concept is to build a "sponge" building covered with endemic plants from the Pays de la Loire region, allowing it to limit its carbon footprint while collecting rainwater, as well as optimize the residents' quality of life. A true island of freshness!

Imagine Angers in 2022. Remember that nature doesn't have a right angle.

Imagine an "Agritecture" with enveloping, almost maternal, curves, that mix the multiple identities of the local biotope.

Imagine a building that overlaps bocages, thickets, vineyards, food garden balconies, and hanging orchards shared with residents.


2.3. Imagine the Decontaminating and Carbon-Absorbing Balconies on Boulevard Ayrault and Quai Gambetta

Through natural photosynthesis, this plant architecture with its 20,000 perennials, shrubs, and trees would be able to absorb up to 50 tons of CO2 in Angers's atmosphere annually, while at the same time producing oxygen. It is a true breathable architecture that improves the quality of the air and the quality of life of its inhabitants.

Along the façades on Boulevard Ayrault and Quai Gambetta, its balconies capture fine particles, CO2, and nitrogen oxide thanks to carefully chosen species of plants with carefully selected foliage. The plant palette groups specific species with microscopic trichomes to capture dust, fine particles, and water droplets. The capture is done by roughness and hairiness.

The architecture is decontaminating and carbon-absorbing!


2.4. Imagine Food Garden Balconies Dedicated to Permaculture Towards the Heart of the Island

The plant cover is not just a cosmetic dress. It is the nurturer at the heart of the island and the rue du Port de l’Ancre. It is based on the latest innovations in urban agriculture and permaculture developed with the National French Institute of Agricultural Research.

Permaculture systemically takes biodiversity into consideration by mimicking endemic ecosystems. It strives for a sustainable agricultural production that is without phytosanitary inputs, that is energy efficient and respectful of living beings and their reciprocal relations, while leaving nature as much space as possible.

Here, green-thumbed inhabitants are invited to work the land by becoming "Angeviculteurs". The waterfall-like balconies descending towards the island allow for fruits and vegetables to be cultivated according to the seasons. The output can represent up to 20 kilos (44 lbs.) of fruits and vegetables per m² per year.


2.5. Imagine an Innovative and Flexible Program, an Ode to Hospitality

We want to create a place that lives day and night, a place that is popular and trendy. We have developed a program that responds to the region's issues: an attractive and porous building, complementary and shared uses, a place to live and meet people, open 24/7, unique to Angers.

Arboricole is a place of life and synergy, connected and connecting, evolving with the transformation of lifestyles and workstyles. It is a place of discovery and experimentation that will allow its inhabitants to work, meet, relax, and have fun in the diversity, while gaining a strong local anchorage.

Coming to the Arboricole means loving life, meeting people, nature, and Angers.

2.5.1. The Anjou Factory (1st Floor)

The first floor holds the "Anjou Factory", a place dedicated to music and showcasing local products, particularly from the Angevin beer brewery; La Piautre (grown in la Ménitré). There is a big brewery "Anjou Craft Beer" and its famous brewing vats, ephemeral restaurants, cooking workshops, artists' studios, and a bright and plant-filled lobby...

At the center is a concert hall, "the Music Factory". It will be perfectly acoustically insulated thanks to its double insulation integrated into the double walls as well as the false ceilings.

It is a place of conviviality where it is fun to be entertained with other young Angevins. It offers inhabitants a private public space and turns into a place of social and cultural activity at the heart of the district.

2.5.2. Bang!, A Business Incubator Dedicated to Cultural Projects (2nd Floor)

On the second floor, in connection with "Auberge by Nemea" but open to all, an incubator of cultural projects offers a dedicated business space with offices to rent and workshops to share. The main access is through the Angevin house at number ten Boulevard Ayrault. Its volume has been kept within its tuffeau stone facade and schist roof. On its south facade, a large bay window offers a generous view onto the island.

At "Bang!", users specify the area needed and can increase or decrease as needed from month to month. These spaces are equipped with shared and private furnished offices, coworking spaces, and adjustable meeting rooms. They also integrate all services and collaborative spaces adapted to new forms of work: personal lockers, call box with sound insulation, coffee and catering areas, business lounge, library, brainstorming room, lounges, terraces, and a garden.

Nature is also present on this floor, which is dedicated to collaborative work, so as to increase relationships with the lush landscape of landscaped balconies.

2.5.3 The Auberge by Nemea (a Inn of 90 Studio and One-Bedroom Apartment Units)

The Inn “Auberge by Nemea” is based on the simple observations and strong beliefs about Millennials, a growing clientele that forces the offer to be redefined according to their character traits: globalist, hyper-connected, impatient, social, and sociable, erasing the boundaries between personal and professional life.

The Inn by Nemea is more than just an accommodation, it is a place of life perfectly adapted to the means and long stays of today's nomads, combining intimacy, space, and community.

The younger generations are able to find themselves in their values: sharing, collaboration, and use are favored over possession; immediacy and ease at the click of a mouse are sought after; a link to the network is essential, as is the community and the staging of one's life.

This new form of housing on the border between the young urban residence and the youth hostel makes it possible to meet the expectations of the Erasmus generation, self-employed workers and start-uppers who frequently change cities, jobs, even countries, as well as wandering tourists (bike travelers of the Loire, etc.).

On the second floor, the inn is not just an accommodation, it also offers shared facilities and living spaces to all residents. In the early morning, the living area welcomes those who prefer to share a calm breakfast rather than drink coffee alone in their room. There are also the morning hurricanes, who get some coffee and a croissant to go before going to work or class.

During the day, with its super Wi-Fi, always hot coffee, and friendly atmosphere, the lobby becomes a nice place to work in addition to the business incubator. In the evening, the shared kitchen is the rallying point of the residents who come to cook for each other or share a meal prepared by a chef who has specifically come to share their cuisine.

2.5.4. Connected, Adaptable, and Adjustable Housing (50 Two to Four-Bedroom Apartment Units)

Bouygues Immobilier, a pioneer in connected housing with Flexom, wants to offer experimental housing in the Smart City based on local strengths (PAVIC). In connection with the start-up Angevine Eisox, we want to integrate their solution to all housing.

With OWWI, 100% customizable and evolving real estate, the objective is the following: allow any buyer of a new property to plan the organization of each room, with only the bearing walls to take into consideration.

The partitions produced by Someta, which manufactures removable panels made of steel, wood, glass, foam, or with a fabric appearance, are consistent with Bouygues Immobilier. These removable partitions are screwed and clipped in the reversible housing.

2.5.5. The Rooftop, A Gourmet Restaurant in the Clouds

On the tenth floor, the top floor of the Arboricole, is a space dedicated to the enhancement of gastronomy and local wines. The Rooftop is a panoramic restaurant, a true hanging garden suspended in the Angevin sky that offers spectacular views towards the skyline, especially at sunset.

We are offering a space that sells local products including: Cointreau, Giffard, les carrés d’Anjou, Loire wines, etc...

This place is a must for tourists and bike travelers of the Loire who, for example, stop by the Arboricole for a strong experience.



3. THE INNOVATIVE CHARACTERISTICS OF THE PROJECT :

The Arboricole is an ode to urban ecology and hospitality where housing takes the form of a welcoming family home immersed in nature; where the traveler meets the inhabitant, where solidarity-based businesses mix with neighborhood associations; where each home is vegetated, adjustable, and connected.

In addition to the two major innovations - programmatic and ecological - that have already been amply explained above, the project is implemented by three major innovations: the integration of renewable energies, the innovative water management, and the use of bio-sourced materials.


3.1. A Low-Carbon Project Aiming for Energy Autonomy by Integrating the Rules of Bioclimatism and Renewable Energies

Firstly, the bioclimatic design of the building according to the sun's path and the direction of the prevailing winds optimizes its thermal inertia, supported by excellent exterior insulation of the envelope.

Secondly, the mix of uses (tertiary & housing) makes benefiting from energy transfers according to the hours of the day possible thanks to double-flow ventilation between the functions.

Thirdly, the whole is associated with the use of renewable energies (geothermal and solar) to provide for 100% of the cold needs, 60% of the heat and hot water needs, and about 20 to 40% of the electrical consumptions (all uses) through renewable energies.

Overall, the building is 36% powered by renewable energy for all uses and 50% powered for the uses of regulatory positions (heating, cooling, DHW, lighting, ventilation, auxiliary).

The chosen solution is a thermofridge pump on geothermal probes associated with a farm of hybrid solar panels (heat + electricity) on the roof.

In addition, an optional "Mini Green Power" biomass would be added. A true renewable energy production unit, operating from biomass by recycling plant waste directly from hanging gardens and other green areas in the neighborhood. This Mini Green Power would thus work in cogeneration with a conventional gas boiler. It is a concrete application of circular economy that transforms waste into resources in situ.


3.2. Implementing the Water Cycle Through Rain Curtains and A Filtering Lagoon

The initial concept of the project was to create an interior/exterior dynamic by multiplying the perspectives towards the Angevin landscape by designing hanging gardens of various colors and scents according to the seasons.

A landscape is not just about its vegetation. But, we wanted to go even further by drawing inspiration from Japanese gardens and the rules of Feng Shui, where water is magnified through rainwater runoffs.

To make rain curtains, we connected all the planters to a network of cables and chains along which, in rainy weather, the water would flow using gravity from the rooftop to the first floor.

In this way, usefulness and poetics are combines with pleasantness using this scripted rain. Instead of being evacuated into the sewer, the rainwater is collected in a pond located at the heart of the island. This small phyto-purification lagoon is home to a colony of fish that feed the plants with their natural fertilizers. This aquaponic system makes it possible to avoid chemical fertilizers.

And finally, thanks to a pump, the pond is a natural reservoir for the automatic watering in the planters in case of a drought.


3.3. The Use of Recycled and Recyclable Bio-Based Materials for A Zero-Waste Circular Economy

The project is contextual. It is to show off the Angevin biotope and the local geology while minimizing its carbon footprint. To achieve this double goal, we decided to set up a "cradle to cradle" charter, encouraging future users to choose bio-sourced materials from recycled and/or recyclable natural material channels for their interior fittings (flooring, walls, furniture, etc.).

"Upcycling" means using waste and consumer products to make new objects or materials. In this process of industrial ecology and economical zero-waste logic, everything is transformed: no more factory mass production, no more plastic waste found at sea, glass bottles, non-edible agricultural waste, etc.
The concept of waste is banned in favor of a closed cycle and circular economy.
This will favor the use of excelsior and hemp wool for thermal insulation, micro-algae and linseed oil to manufacture organic tiles, the essences of native rot-proof wood from eco-responsible forests for wooden terraces and flooring

At the crossroads of social innovations, the development of renewable energies, the democratization of organic urban agriculture, and carbon-absorbing architecture, our "Arboricole" is an ode to life, to a world that advocates the right symbiosis between the humans and their environment.
Even if our project is a humble climate hero on a small scale, it could become a replicable prototype to sustainably build greener, denser, more connected, and above all, more united cities.

Vincent Callebaut, Archibiotect



TEXTE FRANCAIS


L’ARBORICOLE
L’ARBRE HABITÉ POUR LES MILLENNIALS,
UN PROJET BIOPHILIQUE AXÉ SMART BUILDING,
Site Gambetta, Angers, France


Définitions préliminaires :

« ARBORICOLE » : Du latin « arbor » : arbre et « colo » : cultiver, habiter. L’Arboricole désigne ce qui a trait aux arbres, que ce soit la vie dans les arbres ou bien la culture des arbres, l’arboriculture.

Dans le cadre d’Imagine Angers, le groupe Bouygues Immobilier dans un souci perpétuel de se réinventer en suivant l’évolution de la société a désiré s’associer à l’agence Vincent Callebaut Architectures pour développer un projet biophilique axé smart building alliant le végétal aux énergies renouvelables de pointe. Depuis l’appel à projets, nous nous sommes passionnés à conjuguer nos savoirs et nos expertises à l’international en vue de concevoir ce nouveau prototype d’architecture inspiré par le biomimétisme nommé l’Arboricole.

Cet « Arboricole » développé par Vincent Callebaut Architectures, Bouygues Immobilier et l’Institut National de Recherche Agronomique (INRA) était parmi les cinq finalistes pour le site Gambetta dans le cadre du concours international « Imagine Angers » organisé par Christophe Béchu, maire d’Angers. Coup de cœur de la presse locale et plébiscité à la première place par le vote du public, il ne fut hélas pas retenu.



1. LES TROIS RAISONS POUR LESQUELLES NOUS AVONS PARTICIPE A L’APPEL A PROJETS INNOVANTS « IMAGINE ANGERS »

1.1. La première raison est notre volonté commune de répondre à l’ambition du site Gambetta par une architecture emblématique et contextuelle

Le site Gambetta est très emblématique !

Emblématique, il l’est par sa situation géographique au cœur d’Angers. Il marque l’entrée historique de la ville sur les traces des anciens remparts qui enjambaient autrefois La Maine.

Emblématique, il l’est car en lien visuel direct avec la Cathédrale Saint-Maurice et le Château des Ducs d’Anjou magnifiquement parés de schiste et de tuffeau.

Emblématique aussi, par un passage de populations mixtes, situé à la croisée des usages et des générations angevines.

Ce site emblématique nous a inspiré une programmation et une architecture disruptive, non-standard, imaginée grâce à un travail de co-création transdisciplinaire.


1.2. La seconde raison est notre intention de créer un projet biomimétique dans la capitale européenne du végétal

La Ville d’Angers se distingue aujourd’hui par sa spécialisation dans le domaine du végétal : Végépolys est le premier pôle de compétitivité horticole européen, tandis que la ville abrite également le siège de l’office communautaire des variétés végétales.

Notre conception vise à intégrer la biodiversité au processus de création de ce projet pensé comme un écosystème. Ce processus permet d’améliorer le bien-être des citadins et la sobriété énergétique de la ville de plus en plus urbanisée.
Habiter dans un appartement au cœur d’une forêt verticale nourricière nous remémore notre rêve d’enfant. Celui de bâtir des cabanes dans les arbres pour mieux vivre en symbiose avec les écosystèmes.
Pour réaliser ce rêve à l’échelle urbaine, les cinq principes de l’architecture biophilique qui sont appliqués au site Gambetta à Angers sont les suivants :
1. Renforcer le lien visuel avec la nature : Il s’agit de créer une dynamique intérieur/extérieur en multipliant les perspectives vers le paysage angevin et en concevant des biotopes naturels comme des jardins suspendus variant au gré des saisons. La présence de l’eau, et de la Maine toute proche, améliore également l’expérience d’un lieu à travers la vue, l’écoute ou le toucher.
2. Miser sur la variabilité thermique et le renouvellement de l’air : L’objectif est d’opérer de subtils changements dans la température de l’air, l’hygrométrie, les courants d’air sur la peau et les températures de surface qui imitent les milieux naturels.
3. Profiter de la lumière dynamique et diffuse : La lumière diffuse et dynamique permet de jouer sur les différentes intensités de lumière et d’ombres qui changent au fil du temps pour créer les conditions qui se produisent dans la nature.
4. Multiplier les formes et motifs biomorphiques : Les motifs biomorphiques, inspirés des formes du vivant, sont des références symboliques aux arrangements et textures récurrentes dans la nature. Ils permettent d’augmenter le bien-être, la relaxation et la concentration des résidents.
5. Optimiser le lien sensoriel avec des matériaux biosourcés : Le lien matériel et sensoriel avec la nature désigne la mise en œuvre de matériaux naturels recyclés et/ou recyclables qui, grâce à un traitement minimal, exprime le biotope ou la géologie locale.


1.3. La troisième raison est notre leitmotiv de proposer une expérience urbaine inédite dédiée aux jeunes actifs de 25 à 35 ans

Pour imaginer notre « Arboricole », nous avons voulu allier le meilleur de l’innovation sociale, qui est induite par les citoyens vers le politique et le meilleur de l’innovation technologique qui est développée par les industries pour les citoyens. Notre projet se veut trait d’union entre ces deux types d’innovation complémentaires.

La pierre angulaire de notre approche collective était dès le départ de replacer l’humain au centre du questionnement. Le but était, en amont du projet, de développer tout d’abord une programmation innovante et collaborative qui réponde au mieux aux désirs des futurs usagers dont les modes de vie et de travailler sont en perpétuelles mutations.

Dans cette dynamique, le leitmotiv de l’équipe était de transformer l’usager traditionnellement passif, le consommateur urbain, en un véritable « consom’acteur » qui est intégré au processus de conception dès la genèse du projet pour mieux l’appréhender et se l’approprier par la suite.

Les forces vives du territoire ont ainsi exprimé leurs désirs d’une programmation innovante mis en place autour de quatre grands thèmes :

1. la mixité intergénérationnelle et transculturelle
2. la flexibilité et la réversibilité des espaces et des usages
3. la convivialité, le mieux-vivre ensemble
4. l’appropriation de jardins suspendus

Pour quitter le constat anxiogène du dérèglement climatique, nous avons voulu proposer aux jeunes actifs les clés pour mettre en œuvre les solutions vers un monde post-carbone. Un monde où l’architecture leur permettra d’optimiser leur consommation énergétique en temps réel grâce aux énergies renouvelables et au TIC, un monde qui rapatriera la campagne en ville afin d’accéder à une alimentation biologique démocratisée et distribuée en circuit court.



2. LA DESCRIPTION DU PROJET :

2.1. Imagine une « Agritecture » aux allures de rizière indigène respectant la typologie de l’îlot angevin

Le mot « Agritecture » est un néologisme définissant une nouvelle discipline urbaine mixant AGRIculture et archiTECTURE au cœur de nos villes.

L’Arboricole n’est résolument pas un bâtiment inerte mais une architecture vivante, dont les balcons sinueux sont dédiés au maraîchage urbain cultivés en terrasses grâce à la permaculture.

Il rappelle l’agriculture des bocages angevins avec ses plateaux ondulants en cascades. Les étages respectent l’alignement des boulevards et se couturent parfaitement aux gabarits des bâtiments voisins dont elle respecte la hauteur moyenne de 25 mètres.

Tel un navire partant à l’abordage des flots de La Maine, seule la proue du bâtiment, située à l’intersection du Boulevard Ayrault et du Quai Gambetta, culmine progressivement à 35 mètres, la hauteur maximale autorisée par la règlementation urbaine en vigueur. Ainsi, l’Arboricole s’enracine comme un véritable landmark du 21ème siècle sans instaurer de dualité avec les tours du Château d’Angers.

Les plateaux tout en courbes sont profilés en fonction de la direction des vents dominants pour éviter les turbulences et optimiser le confort sur les balcons maraîchers. La volumétrie globale est sculptée pour bénéficier du meilleur ensoleillement tout au long de la journée d’Est en Ouest.

Dans un souci de continuité urbaine, les façades sont revêtues de pierre blanche de tuffeau qui signe l'identité culturelle du Val de Loire. Le tuffeau est une pierre identitaire que nous avons déclinés sous formes d’ondes qui parcourent les façades et qui nous rappellent en bord de la Maine qu’ « Angers La Blanche » s’appelait avant le 16ème siècle «Angers La Noire» de par ses constructions en bois sombre, pierre de schiste et ardoise.

Les faux plafonds acoustiques des balcons sont quant à eux réalisés en aluminium satiné. Ils font miroiter aux yeux des piétons les essences végétales escaladant ce bocage vertical. Micro-perforés, ils permettent d’absorber la pollution sonore émise par la circulation automobile.


2.2. Imagine un smart building, véritable héros climatique post COP 21

A l’image d’un écosystème mature, nous désirons que cet arbre habité soit un héros climatique qui produise sa propre énergie (que celle-ci soit calorifique, frigorifique ou alimentaire) et recycle ses propres déchets organiques en circuits courts.

L’Arboricole est une réponse positive à la question vitale suivante :

Comment adapter nos villes historiques au dérèglement climatique, aux phénomènes de fortes crues, de fortes pluies et aux canicules actuelles ?

Pour lutter contre l’effet d’îlot de chaleur urbain, savez-vous que végétaliser l’espace public et les bâtiments permet d’humidifier et de rafraîchir l’air grâce à l’évapotranspiration des plantes ?

Le concept est de construire un bâtiment « éponge » recouvert de plantes endémiques de la région Pays de la Loire lui permettant non seulement de limiter son empreinte carbone tout en récupérant les eaux de pluie, mais aussi d’optimiser la qualité de vie des résidents. Un véritable îlot de fraîcheur !

Imagine Angers en 2022. Rappelle-toi que l’angle droit n’existe pas dans la nature.

Imagine une « Agritecture » aux courbes enveloppantes, quasiment maternelles, qui métissent les identités multiples du biotope local.

Imagine un bâtiment qui superpose des bocages, des bosquets, des vignobles, des balcons maraichers et des vergers suspendus offerts en partage aux habitants.

2.3. Imagine des balcons dépolluants et carbo-absorbants côté Boulevard Ayrault et Quai Gambetta

Par photosynthèse naturelle, cette architecture végétale avec ses 20 000 plantes vivaces, arbustes et arbres sera capable d’absorber jusqu’à 50 tonnes de CO2 dans l’atmosphère de la ville d’Angers annuellement tout en produisant de l’oxygène. C’est une véritable architecture respirante qui améliore la qualité de l’air et la qualité de vie de ses habitants.

Le long des façades sur le Boulevard Ayrault et sur le Quai Gambetta, ses balcons captent ainsi les particules fines, le CO2 et les NOx grâce à des essences de plantes aux feuillages duveteux soigneusement sélectionnées. La palette végétale regroupe des espèces spécifiques disposant de trichromes au niveau microscopique pour capter les poussières, les particules fines et les gouttelettes d’eau. La captation se fait par rugosité et pilosité.

L’architecture se fait dépolluante et carbo-absorbante !


2.4. Imagine des balcons maraîchers dédiés à la permaculture vers le cœur de l’ilot

La couverture végétale n’est pas seulement une robe cosmétique. En effet, côté cœur de l’îlot et rue du Port de l’Ancre, elle se fait nourricière. Elle s’appuie sur les dernières innovations en agriculture urbaine et en permaculture.

La permaculture prend en considération la biodiversité de façon systémique en imitant les écosystèmes endémiques. Elle ambitionne une production agricole durable, sans intrants phytosanitaires, très économe en énergie et respectueuse des êtres vivants et de leurs relations réciproques, tout en laissant à la nature « sauvage » le plus de place possible.

Ici les habitants aux mains vertes sont invités à travailler la terre en se transformant en « Angeviculteurs ». En effet, les balcons descendant en cascades vers l’ilot permettent de cultiver fruits et légumes au gré des saisons. La production pourra représenter jusqu’à 20 kilos de fruits et légumes par m² par an.


2.5. Imagine une programmation innovante et flexible, hymne à l’hospitalité

Nous souhaitons créer un lieu vivant le jour comme la nuit, populaire et branché. Nous avons développés une programmation répondant aux enjeux du territoire : un immeuble attractif et poreux, des usages complémentaires et mutualisés, un lieu de vie et de rencontres, ouvert 7/7, 24/24, unique à Angers.

L’Arboricole est un lieu de vie(s) et de synergies, connecté et connectant, qui évolue avec la transformation des modes de vivre et de travailler. C’est un lieu de découverte et d’expérimentation qui permettra de travailler, de rencontrer, se détendre, se divertir dans la mixité et avec un fort ancrage local.

Quand on vient à l’Arboricole c’est qu’on aime la vie, les rencontres, les gens, la nature et la ville d’Angers.

2.5.1 L’Anjou Factory (RDC)

Le rez-de-chaussée accueille l’ « Anjou Factory », un lieu dédié à la musique et à la mise en valeur des produits locaux, notamment avec l’atelier de brassage de la Bière angevine ; La Piautre (cultivée à la Ménitré). On y trouve une grande brasserie « l’Anjou Craft Beer » » et ses fameuses cuves de brassages, des restaurants éphémères, des ateliers de cuisine, des ateliers d’artistes et un hall lumineux et végétalisé.

Au cœur, vient se lover une salle concert « la Music Factory ». Elle sera parfaitement isolée acoustiquement grâce à sa double isolation intégrée aussi bien dans les doubles-murs que dans les faux-plafonds.

C’est un lieu de convivialité où il fait bon de se divertir entre jeunes angevins. Il s’ouvre aux habitants comme un espace public couvert dans un lieu privé et devient un lieu d’activité sociale et culturelle au coeur du quartier.

2.5.2. Bang ! , une pépinière d’entreprises dédiées à des projets culturels (R+1)

Au premier étage, en lien avec « l’Auberge by Nemea » mais ouvert à tous, un incubateur de projets culturels propose une offre dédiée avec des bureaux à louer et des ateliers à partager. L’accès principal se fait par la maison angevine sise au numéro dix Boulevard Ayrault. En effet celle-ci a été sauvegardée dans sa volumétrie avec sa façade en tuffeau et sa toiture en schiste. Sur sa façade sud, une large baie vitrée lui offre une généreuse perméabilité visuelle vers l’ilot.

Chez « Bang ! », les utilisateurs définissent la surface dont ils ont besoin et peuvent l’ajuster à la hausse ou à la baisse d’un mois sur l’autre. Tous équipés et meublés, ces espaces sont dotés de bureaux privatifs et partagés, d’espaces de coworking et de salles de réunions modulables. Ils intègrent aussi tous les services et espaces collaboratifs adaptés aux nouvelles formes de travail : casiers personnels, call box avec isolation phonique, coins café et restauration, business lounge, bibliothèque, salle de brainstorming, salons, terrasses et jardin.

La nature s’invite aussi à l’intérieur de cet étage dédié au travail collaboratif pour augmenter les relations avec le paysage luxuriant des balcons paysagers.


2.5.3. L’Auberge by Nemea (90 unités du T1 au T2))

L’Auberge by Nemea part de constats simples et de convictions fortes au sujet des Millenials, clientèle au poids croissant qui oblige à redéfinir l’offre en fonction de ses traits de caractère : mondialiste, hyper-connectée, impatiente, sociale et sociable, effaçant les frontières entre vie personnelle et vie professionnelle.

L’Auberge by Nemea, plus qu’un simple lieu d’hébergement, est un lieu de vie parfaitement adapté aux moyens et longs séjours des nomades d’aujourd’hui, qui combine intimité, espace et communauté.

Les jeunes générations se retrouvent ainsi dans leurs valeurs : le partage, le collaboratif, l’usage sont privilégiés plutôt que la possession ; l’immédiateté, la facilité, le tout à portée de clic sont recherchés ; le lien avec le réseau est essentiel tout comme l’appartenance à la communauté et la mise en scène de sa vie.

Cette nouvelle forme d’habitat à la frontière entre la résidence jeunes urbains et l’auberge de jeunesse permet de répondre aux attentes de la génération Erasmus, des travailleurs indépendants et des start-uppers qui changent fréquemment de ville, de job, de pays, ainsi qu’aux touristes itinérants (voyageurs de la Loire à vélos, etc).

Au R+1, l’auberge va au-delà de sa fonction première de lieu d’hébergement et propose également des équipements et espaces de vie communs à l’ensemble des résidents. Au petit matin, l’espace de vie accueille celles et ceux qui préfèrent partager leur petit-déjeuner au milieu d’un peu de vie plutôt que de boire leur café seuls dans leur logement. Y passent aussi en coup de vent les pressés du matin qui récupèrent à la volée un café et un croissant à emporter avant de filer au travail ou en cours.

Dans la journée, avec son super wifi, son café toujours chaud, et son ambiance conviviale, le lobby devient un lieu de travail sympa en complément de la pépinière d’entreprises. Le soir venu, la cuisine partagée se fait le point de ralliement des résidents qui viennent y cuisiner les uns pour les autres ou partager un repas préparé par un chef venu tout spécialement faire découvrir sa cuisine.

2.5.4 Des logements connectés, adaptables et modulables (50 unités du T3 au T5)

Bouygues Immobilier précurseur dans le logement connecté avec Flexom souhaite proposer des logements expérimentaux sur la Smart City en s’appuyant sur les forces locales (PAVIC). En lien avec la start-up angevine Eisox nous souhaitons intégrer leur solution à tous les logements.

Avec OWWI, l’immobilier 100% personnalisable et évolutif, l’objectif est le suivant: permettre à tout acheteur d’un bien immobilier neuf de décider lui-même de l’organisation de ses pièces de vie, sans autre contrainte que celle des murs porteurs.

Les cloisons produites par la société Someta qui fabrique des panneaux amovibles en acier, en bois, en verre, en mousse ou encore avec une apparence de tissu sont en cohérence avec Bouygues Immobilier. Ces cloisons amovibles se vissent et se clipsent dans le logement réversible.

2.5.5. Le Rooftop, un restaurant gastronomique dans les nuages

Au R+10, le dernier étage de l’Arboricole fera la place à un espace dédié à la mise en valeur de la gastronomie et des vins locaux. Le Rooftop est un restaurant panoramique, un véritable jardin suspendu dans le ciel angevin qui offre des vues spectaculaires vers la skyline, notamment au coucher de soleil.

Nous y proposons un espace destiné à la vente de produits locaux avec notamment : Cointreau, Giffard, les carrés d’Anjou, les vins de Loire etc…

Ce lieu doit être un lieu à destination des touristes et des voyageurs de la Loire à vélo, par exemple qui s’arrêtent dans l’Arboricole pour vivre une expérience forte.



3. LES CARACTERES INNOVANTS DU PROJET :

L’Arboricole est un hymne à l’écologie urbaine et à l’hospitalité où le logement prend la forme d’une maison accueillante et familiale immergée dans la nature ; où le voyageur rencontre l’habitant, où les entreprises solidaires côtoient les associations de quartier ; où chaque logement est végétalisé, modulable et connecté.

Outre les deux grandes innovations – programmatique et écologique – déjà amplement explicitées ci-dessus, le projet est implémenté par trois grandes innovations : l’intégration des énergies renouvelables, la gestion innovante de l’eau et l’utilisation de matériaux biosourcés.


3.1. Un projet sobre en carbone visant son autonomie énergétique par l’intégration des règles de bioclimatisme et des énergies renouvelables

Premièrement, la conception bioclimatique du bâtiment selon la course du soleil et la direction des vents dominants permet d’optimiser son inertie thermique, appuyée par une excellente isolation de l’enveloppe par l’extérieur.

Secondement, la mixité des usages (tertiaire & logement) permet de bénéficier des transferts énergétiques selon les heures de la journée grâce à une ventilation double-flux entre les fonctions.

Troisièmement, le tout est associé à l’utilisation d’énergies renouvelables (géothermie et solaire) permettant de produire 100% des besoins en froid, 60% des besoins en chaud et en Eau Chaude Sanitaire (ECS) et près de 20% des consommations d’électricité (tous usages) par les énergies renouvelables.

Globalement le bâtiment est alimenté par 36% en énergie renouvelables pour l’ensemble des usages et à 50% pour les usages des postes réglementaires (chauffage, refroidissement, ECS, éclairage, ventilation, auxiliaires).

La solution retenue est une thermofrigopompe sur sondes géothermiques associée à une ferme de panneaux solaires hybrides (chaud + électricité) sur le toit.

A cela, pourra venir s’ajouter en option une « Mini Green Power » Biomasse. Véritable unité de production d’énergies renouvelables, elle fonctionne à partir de la biomasse en valorisant les déchets végétaux provenant directement des jardins suspendus et des autres espaces verts du quartier. Cette Mini Green Power fonctionnerait ainsi en cogénération avec la chaufferie à gaz classique. C’est une application concrète d’économie circulaire qui transforme in situ les déchets en ressources.


3.2. La mise en scène du cycle de l’eau à travers les rideaux de pluie et une lagune filtrante

Le concept initial du projet est créer une dynamique intérieur/extérieur en multipliant les perspectives vers le paysage angevin en concevant des jardins suspendus variant de couleurs et de parfums au gré des saisons.

Un paysage ne se résume pas uniquement à la végétation. Nous avons voulu aller encore plus loin en s’inspirant des jardins japonais et des règles du Feng Shui où l’eau est magnifiée à travers la mise en scène du ruissellement des eaux pluviales.

Afin de réaliser des rideaux de pluie, nous avons relié toutes les jardinières par un réseau de câbles et de chainettes le long desquelles par temps pluvieux, l’eau va ruisseler par gravité du rooftop jusqu’au rez-de-chaussée.

L’utile se joint ainsi poétiquement à l’agréable par cette pluie scénarisée. Au lieu d’être évacuée au tout à l’égout, les eaux pluviales sont ainsi récoltées dans un étang situé au cœur de l’ilot. Cette véritable petite lagune de phyto-épuration abrite une colonie de poissons qui nourrissent de par leurs déjections les plantes en engrais naturels. Ce système aquaponique permet de se passer d’engrais chimiques.

Enfin grâce à une pompe, l’étang constitue un réservoir naturel pour alimenter l’arrosage automatique dans les jardinières en cas de sécheresse.


3.3. L’utilisation de matériaux biosourcés recyclés et recyclables prônant une économie circulaire zéro-déchet

Le projet se veut contextuel. Il veut exprimer le biotope angevin et la géologie locale tout en minimisant son empreinte carbone. Pour atteindre ce double objectif, nous avons décidé de mettre en place une chartre « cradle to cradle » (en français du berceau au berceau) incitant les futurs usagers à utiliser pour leurs aménagements intérieurs (revêtements de sols, des murs, mobilier, etc) des matériaux biosourcés provenant de filières de matériaux naturels recyclés et/ou recyclables.

Utiliser des déchets et des produits usagers pour fabriquer de nouveaux objets ou matériaux : tel est le concept « Upcycling » appliqué à ce projet. Dans cette démarche d’écologie industrielle et de logique économe « zéro-déchet », tout est transformé : chutes de production en série provenant des usines, déchets plastiques récupérés dans les fleuves, bouteilles en verre, déchets agricoles non-comestibles, etc.
La notion de déchet est donc progressivement bannie au profit de la notion de cycle-fermé et d’économie circulaire.
On privilégiera ainsi l’utilisation de la laine de bois et de chanvre pour l’isolation thermique, les micro-algues et l’huile de lin pour la fabrication de carrelage organique, les essences de bois indigène imputrescible issus de forêts écoresponsables pour les terrasses en bois et les parquets

A la croisée des innovations sociales, du développement des énergies renouvelables, de la démocratisation de l’agriculture urbaine bio et de l’architecture carbo-absorbante, notre « Arboricole » est une ode au vivant, à un monde qui prône la juste symbiose entre les Hommes et leur environnement.
Même si notre projet est un humble héros climatique à sa petite échelle, il pourrait devenir un prototype à répliquer pour construire durablement des villes plus vertes, plus denses, plus connectées et surtout plus solidaires.

Vincent Callebaut, Archibiotecte