• Slidebg

LA LIBRE BELGIQUE
Brussels 2014
Belgium
MAGAZINE : La Libre Belgique
TITLE : Le belge qui dessine des tours agricoles
JOURNALIST : Valentin Dauchot
DATE : January 2014
FROM : Brussels
LES FERMES VERTICALES VONT NOURRIR LES GRANDES VILLES

Dix milliards d’hectares de terres supplémentaires seront nécessaires d’ici 2050 pour alimenter une population mondiale regroupée à 80 % dans les centres urbains. Nous n’avons pas un tel espace, alors un scientifique américain a développé une idée originale : construire des fermes verticales.

Des bâtiments de cinq, dix, quarante étages ou plus pour cultiver en hauteur les millions de plantes que nous ne pourrons pas faire pousser ailleurs. “Placer les légumes dans des pots de terre disposés les uns au-dessus des autres dans des bâtiments verticaux comme c’est déjà le cas du projet Sky Greens à Singapour”, explique Dickson Despommier, professeur de santé environnementale à l’Université Columbia de New York et père fondateur des “fermes verticales”.

“Ou plus intéressant encore, ne pas utiliser de terre du tout. Mettre en place un système de pompes et de canalisations qui permette de faire circuler de l’eau enrichie en éléments nutritifs dans tout le bâtiment pour alimenter des légumes exposés à la lumière naturelle ou éclairés par des écrans led qui reproduisent les rayons du soleil.” Le tout contrôlé à l’aide de softwears qui assurent une rotation des cultures en un simple clic et équilibrent l’exposition de chaque plante à la lumière et la chaleur.
“Plusieurs techniques existent pour cultiver hors sol et contrôler totalement les conditions de développement”, ajoute Dickson Despommier. “L’hydroponie, qui consiste à injecter des éléments nutritifs dans l’eau et le support sur lequel se développent les végétaux, ou l’aquaponie, l’usage de poissons dont les excréments vont naturellement fournir ces éléments.”

Depuis que Dickson Despommiers a lancé en 2008 l’idée de ferme verticale, où les étages d’immeubles urbains sont constitués de champs, l’architecte belge Vincent Callebaut, installé à Paris, cherche à l’appliquer concrètement. Cet architecte multiprimé étudie des projets à Kuala Lumpur ou Shenzhen en Chine. Le concept Dragonfly : une sorte de serre géante, de béton et d’acier, composée d’une succession de plateaux cultivables (vergers, maïs…). Pour disposer d’un espace maximum, les structures porteuses sont déportées à l’extérieur, le long des façades. Les parois verticales sont utilisées comme des sortes de “bibliothèques” où l’on peut cultiver fruits et légumes. Autour de ces champs, Vincent Callebaut propose de construire des espaces de bureaux et de logements.